La suffisante bêtise de M. Macron

17 juillet 2017 / par Hervé Kempf (Reporterre)



Retour sur une déclaration de M. Macron sur l’Afrique. Ou quand le sentiment de supériorité intellectuelle conduit à dire des bêtises.

Au bout d’un moment, cela fait système : la morgue des bien nés, assurés de leurs privilèges et de leur supériorité intellectuelle, se transforme en bêtise, autre nom de l’ignorance.

M. Macron, on se le rappelle, méprisait un chômeur qui l’interpellait, en lui disant que « la meilleure façon de se payer un costard est de travailler ». Récemment, celui qui se laisse appeler Jupiter, distinguait « ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien », ou refusait de se faire interviewer parce que, selon ses chargés de communication, sa « pensée complexe se prête mal au jeu des questions-réponses avec des journalistes ».

Que la suffisance de M. Macron soit un trait majeur de sa personnalité, soit. Mais quand elle se traduit en politique, elle devient malsaine. Chez M. Macron, l’ignorance à l’égard des pays du sud se mêle au mépris. En mars dernier, il parlait de la Guyane comme d’une île, et, en juin, riait des kwassa-kwassa qui « pêchent peu, mais amènent du Comorien ».

Le 10 juillet, à Hambourg, lors du G 20, le président de la République a évoqué les problèmes de l’Afrique : « Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

Cette assertion à l’emporte-pièce est trompeuse.

D’une part, le taux de fertilité en Afrique est de 4,5 enfants par femme [1].

D’autre part, si la transition démographique se produit beaucoup plus lentement en Afrique que sur les autres continents, et que quelques pays, en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale, ont une fertilité moyenne par femme pouvant atteindre sept ou huit enfants, les démographes s’accordent à penser que cette situation découle largement du manque d’éducation chez les filles. Le poids du passé joue aussi, comme pour les anciennes colonies françaises où, rappelle le démographe burkinabé Jean-François Kobiané, « la France avait imposé au sein de ses colonies la loi de 1920, qui interdit toute forme de contraception ».

Or, où en est l’éducation dans bon nombre de pays africains ? Largement affaiblie depuis plusieurs décennies. Pourquoi ? Du fait des politiques imposées en Afrique à partir des années 1980 par la Banque mondiale, le FMI, et les grands pays occidentaux : ouverture des marchés et baisse des dépenses de l’Etat. Ce qui s’est traduit par la disparition de la gratuité de l’éducation et de la santé. C’est le résultat de l’application des politiques néo-libérales dont M. Macron est partisan.

À l’inverse de ce qu’il prétend, il serait indispensable d’investir des milliards d’euros pour aider ces pays à renforcer leur système d’éducation, de santé et de planification familiale.

Mais ce n’est pas le chemin pris. Fort de sa philosophie du Café du Commerce, M. Macron a encore abaissé le budget français de l’aide au développement. Et méprise à peu près l’Afrique alors que, du fait de son évolution démographique prévisible - elle pourrait peser 25 % de la population mondiale en 2050 -, elle devrait être au coeur de la politique étrangère de la France.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1World Population Prospects The 2017 Revision, United Nations, juin 2017, p. 4


Lire aussi : La population mondiale pourrait atteindre le chiffre de 11 milliards d’humains en 2100

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photos :

. M. Macron au G 20 (Politis)
. famille africaine (World Population Prospects The 2017 Revision, United Nations, juin 2017)

THEMATIQUE    Politique
21 juillet 2017
L’Allemagne livre ses terres agricoles aux spéculateurs
Info
22 juillet 2017
5 questions, 5 réponses pour comprendre la multiplication des feux de forêt
Info
17 juillet 2017
Les piscines naturelles se la coulent douce
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique



Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)