Le Brésil tourne le dos aux grands barrages hydroélectriques

Durée de lecture : 2 minutes

9 janvier 2018



Ce n’est pas une nouvelle annoncée tambour battant par le gouvernement de Michel Temer, mais plutôt un discours prudent distillé par Paulo Pedrosa, le numéro deux du ministère brésilien des Mines et de l’Énergie, dans les colonnes d’O Globo, rapporte Courrier international le 5 janvier. En somme, ce discours ministériel indique que « l’ère des grands ouvrages hydroélectriques touche à sa fin », a titré le quotidien de Rio de Janeiro. À la fois pour des raisons d’impopularité grandissante de ces barrages et pour des impératifs économiques.

Les ressources hydriques, qui fournissent au pays 70 % de son électricité, se situent principalement dans la région amazonienne du nord du Brésil, où les grands projets de barrages hydroélectriques menés par le gouvernement ont rencontré de fortes résistances locales et internationales. L’exemple le plus médiatisé est celui du barrage de Belo Monte, dans l’État du Pará, inauguré en 2016 par la présidente de l’époque, Dilma Rousseff. La mobilisation des organisations environnementales et des communautés indiennes contre le projet a néanmoins freiné l’extension du barrage, actuellement bloquée par une décision de justice. En 2017, le gouvernement avait déjà annoncé qu’il cesserait de se battre pour mener à bien un nouveau barrage sur le fleuve Tapajós, dans le même État du Pará, un projet suspendu en 2016 par une décision de l’agence brésilienne pour l’environnement, Ibama.

Le surcoût considérable des mégabarrages, assumé jusqu’à présent par les deniers publics, et la privatisation — imminente — de l’opérateur de ces grands travaux, Eletrobras, pèsent néanmoins autant que la mobilisation citoyenne dans la décision du gouvernement de freiner cette politique et de se tourner davantage vers les énergies éolienne et solaire, explique O Globo.





Lire aussi : Le Brésil prend un tournant négatif sur l’environnement et la déforestation


26 septembre 2020
Des activistes du climat occupent une rue de Paris
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Le Conseil général de Haute-Marne vote une motion contre le projet de laverie nucléaire à Joinville
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Des jeunes du monde entier ont manifesté vendredi pour le climat
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Les grèves pour le climat sont de retour
Lire sur reporterre.net
25 septembre 2020
Le gouvernement assure avoir « tiré les leçons » de l’incendie de Lubrizol
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Pollution de l’air : l’État français toujours aussi inefficace, selon la Cour des comptes
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Total va fermer la raffinerie de Grandpuits
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Convention citoyenne : pas de projet de loi avant la fin de l’année
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
L’association L214 dévoile les dessous des élevages à gibier pour la chasse
Lire sur reporterre.net
23 septembre 2020
La Chine s’engage à la neutralité carbone d’ici à 2060
Lire sur reporterre.net
23 septembre 2020
Néonicotinoïdes : la mobilisation contre le projet de loi s’intensifie
Lire sur reporterre.net
22 septembre 2020
Néonicotinoïdes : betteraviers et scientifiques cherchent des « solutions alternatives »
Lire sur reporterre.net
22 septembre 2020
À Toulouse, sept personnes en prison pour des tags
Lire sur reporterre.net
22 septembre 2020
La banquise arctique a atteint sa deuxième étendue la plus basse jamais enregistrée
Lire sur reporterre.net
21 septembre 2020
Présidentielles : pas de candidat chez les Verts avant 2021
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Énergie International
26 septembre 2020
Sénateurs, ils et elle racontent comment ils font avancer l’écologie
Info
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Énergie International