Le Brésil tourne le dos aux grands barrages hydroélectriques

Durée de lecture : 2 minutes

9 janvier 2018

Ce n’est pas une nouvelle annoncée tambour battant par le gouvernement de Michel Temer, mais plutôt un discours prudent distillé par Paulo Pedrosa, le numéro deux du ministère brésilien des Mines et de l’Énergie, dans les colonnes d’O Globo, rapporte Courrier international le 5 janvier. En somme, ce discours ministériel indique que « l’ère des grands ouvrages hydroélectriques touche à sa fin », a titré le quotidien de Rio de Janeiro. À la fois pour des raisons d’impopularité grandissante de ces barrages et pour des impératifs économiques.

Les ressources hydriques, qui fournissent au pays 70 % de son électricité, se situent principalement dans la région amazonienne du nord du Brésil, où les grands projets de barrages hydroélectriques menés par le gouvernement ont rencontré de fortes résistances locales et internationales. L’exemple le plus médiatisé est celui du barrage de Belo Monte, dans l’État du Pará, inauguré en 2016 par la présidente de l’époque, Dilma Rousseff. La mobilisation des organisations environnementales et des communautés indiennes contre le projet a néanmoins freiné l’extension du barrage, actuellement bloquée par une décision de justice. En 2017, le gouvernement avait déjà annoncé qu’il cesserait de se battre pour mener à bien un nouveau barrage sur le fleuve Tapajós, dans le même État du Pará, un projet suspendu en 2016 par une décision de l’agence brésilienne pour l’environnement, Ibama.

Le surcoût considérable des mégabarrages, assumé jusqu’à présent par les deniers publics, et la privatisation — imminente — de l’opérateur de ces grands travaux, Eletrobras, pèsent néanmoins autant que la mobilisation citoyenne dans la décision du gouvernement de freiner cette politique et de se tourner davantage vers les énergies éolienne et solaire, explique O Globo.



Lire aussi : Le Brésil prend un tournant négatif sur l’environnement et la déforestation


17 septembre 2019
Les vifs incendies en Indonésie enfument la Malaisie et tuent les éléphants
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Bercy veut supprimer 1.700 postes au ministère de l’Écologie en 2020
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Mobilisation contre le projet de blanchisserie nucléaire de Joinville
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2019
À Lyon, les « décrocheurs » de portraits de Macron ont été relaxés
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Mort de Steve : « Les mesures prises par le commissaire divisionnaire ont manqué de discernement »
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Deux écologistes assassinés au Honduras
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
La loi énergie - climat définitivement adoptée, des ONG déçues
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
À Besançon, mobilisation pour soutenir deux journalistes injustement accusés
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
Pont sur la Loire : déboisement en cours, des opposants face aux machines
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
De nombreux soutiens au procès parisien des « décrocheurs » de portrait de Macron
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Le Val-de-Marne, premier département à prendre un arrêté antipesticides
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Des écoféministes décrochent un portrait de Macron
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
L’Union européenne sous-estime la dangerosité des pesticides
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Le changement climatique va affaiblir l’agriculture du sud de l’Europe
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Les voitures vendues en 2018 émettront plus dans leur vie que l’UE en un an
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Énergie International
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Énergie International