Le Brésil tourne le dos aux grands barrages hydroélectriques

Durée de lecture : 2 minutes

9 janvier 2018



Ce n’est pas une nouvelle annoncée tambour battant par le gouvernement de Michel Temer, mais plutôt un discours prudent distillé par Paulo Pedrosa, le numéro deux du ministère brésilien des Mines et de l’Énergie, dans les colonnes d’O Globo, rapporte Courrier international le 5 janvier. En somme, ce discours ministériel indique que « l’ère des grands ouvrages hydroélectriques touche à sa fin », a titré le quotidien de Rio de Janeiro. À la fois pour des raisons d’impopularité grandissante de ces barrages et pour des impératifs économiques.

Les ressources hydriques, qui fournissent au pays 70 % de son électricité, se situent principalement dans la région amazonienne du nord du Brésil, où les grands projets de barrages hydroélectriques menés par le gouvernement ont rencontré de fortes résistances locales et internationales. L’exemple le plus médiatisé est celui du barrage de Belo Monte, dans l’État du Pará, inauguré en 2016 par la présidente de l’époque, Dilma Rousseff. La mobilisation des organisations environnementales et des communautés indiennes contre le projet a néanmoins freiné l’extension du barrage, actuellement bloquée par une décision de justice. En 2017, le gouvernement avait déjà annoncé qu’il cesserait de se battre pour mener à bien un nouveau barrage sur le fleuve Tapajós, dans le même État du Pará, un projet suspendu en 2016 par une décision de l’agence brésilienne pour l’environnement, Ibama.

Le surcoût considérable des mégabarrages, assumé jusqu’à présent par les deniers publics, et la privatisation — imminente — de l’opérateur de ces grands travaux, Eletrobras, pèsent néanmoins autant que la mobilisation citoyenne dans la décision du gouvernement de freiner cette politique et de se tourner davantage vers les énergies éolienne et solaire, explique O Globo.





Lire aussi : Le Brésil prend un tournant négatif sur l’environnement et la déforestation


29 mai 2020
La COP26 de Glasgow reportée à novembre 2021
Lire sur reporterre.net
29 mai 2020
En Belgique, action de détournement publicitaire au nom de la priorité climatique
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Actions antinucléaires à Paris, Lyon et dans la Drôme pour réclamer la fermeture de la centrale du Tricastin, âgée de 40 ans
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
« Le Monde d’après » : une floraison de propositions
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
L’Autorité de sûreté nucléaire pointe un recul de la rigueur chez EDF
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Des incendies « zombies » en Arctique inquiètent les scientifiques
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
En Australie, la compagnie minière Rio Tinto détruit une grotte sacrée connue depuis 46.000 ans
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Le gouvernement et l’automobile : tout pour l’électrique
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Quatre associations attaquent le décret permettant de déroger aux normes environnementales
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Les sociétés civiles française et allemande proposent un plan de relance européen écologique
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Les travaux du Charles-de-Gaulle Express ont repris, ceux des lignes RER B et D sont reportés
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Dieselgate : la justice allemande condamne Volkswagen à un remboursement partiel
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Quarante millions de professionnels de santé demandent le respect de l’environnement
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Les petits pêcheurs demandent une répartition équitable des quotas de thon rouge
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Des associations proposent 34 mesures pour une relance écologique et sociale
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Énergie International
23 mai 2020
Déconfinés, les jardins familiaux peuvent enfin sourire au printemps
Alternatives
28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
29 mai 2020
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Énergie International