Le Premier ministre donne raison à Nicolas Hulot sur les néonicotinoïdes

26 juin 2017

Actualisation - Mardi 27 juin 2017 - Couac gouvernemental sur les pesticides : en fait, rien n’est vraiment réglé


Le Premier ministre, Édouard Philippe, a mis fin au premier désaccord gouvernemental à la mi-journée lundi 26 juin, tranchant en faveur du maintien de la loi de 2016 interdisant les néonicotinoïdes, des pesticides dits « tueurs d’abeilles ». « Le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016. Cet arbitrage a été pris à l’occasion d’une réunion tenue à Matignon le 21 juin dernier », a précisé le Premier ministre dans un communiqué.

Un document de travail interministériel révélé par RMC avait jeté le trouble ce lundi 26 juin au matin. Il indiquait que le gouvernement envisageait de revenir sur l’interdiction des néonicotinoïdes, qui doit entrer en vigueur en France en 2020, et de l’épandage aérien de pesticides.

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, avait alors déclaré lundi 26 au matin que, concernant les néonicotinoïdes, « la France n’est pas en conformité avec le droit européen », qui ne prévoit l’interdiction de que trois de ces pesticides « tueurs d’abeilles ». « Il y a certains produits avec des impasses techniques, qui n’ont pas de produits de substitution. Nous devons pouvoir autoriser des dérogations afin que nos producteurs continuent à travailler dans de bonnes conditions », avait-il justifié, indiquant sur ces points là un désaccord avec le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. « L’arbitrage est celui du Premier ministre », avait encore précisé le ministre de l’Agriculture. Nicolas Hulot a donc remporté la manche concernant les néonicotinoïdes.

Reste la question des épandages aériens. Ce lundi 26 juin, Stéphane Travert a précisé que les dérogations ne seraient délivrées « qu’en cas de crise sanitaire grave ». Sur ce sujet, le Premier ministre n’a pas fait de déclarations.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Couac gouvernemental sur les pesticides : en fait, rien n’est vraiment réglé


17 novembre 2018
70 parlementaires demandent à M. Macron le moratoire sur le GCO
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2018
Pour le nouveau ministre brésilien des affaires étrangères, le changement climatique est un dogme pour étouffer la croissance des pays occidentaux
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2018
Le gouvernement confirme qu’il continuera à piller le budget des Agences de l’eau
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2018
Le bilan de l’incendie en Californie s’alourdit à 63 morts
Lire sur reporterre.net
15 novembre 2018
GCO : la grève de la faim reste déterminée, tandis que les gendarmes se livrent à des violences
Lire sur reporterre.net
14 novembre 2018
La répression contre les militants anti-Cigéo devant la Cour de cassation
Lire sur reporterre.net
13 novembre 2018
Gaspard d’Allens est relaxé à Bar-le-Duc
Lire sur reporterre.net
12 novembre 2018
Près de 50.000 manifestants pour le climat au Québec
Lire sur reporterre.net
12 novembre 2018
Les incendies en Californie ont déja causé 31 morts et 228 disparus
Lire sur reporterre.net
10 novembre 2018
Une première victoire juridique pour les défenseurs de la forêt de Romainville
Lire sur reporterre.net
9 novembre 2018
Les opposants au projet GCO ont manifesté chez Vinci et au ministère des Transports
Lire sur reporterre.net
9 novembre 2018
Débat public sur les déchets nucléaires : la CNDP rappelle le gouvernement à ses devoirs
Lire sur reporterre.net
9 novembre 2018
Le potentiel de développement durable de la Guyane n’est pas dans l’or
Lire sur reporterre.net
8 novembre 2018
Un Français « consommerait » 352 m2 de forêt tropicale par an
Lire sur reporterre.net
7 novembre 2018
12 h de garde à vue pour avoir peint des coquelicots
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Pesticides

16 novembre 2018
En procès à Dijon, les faucheurs d’OGM se disent « lanceurs d’alerte »
Reportage
17 novembre 2018
Taxe carbone et gilets jaunes : le dossier pour comprendre la révolte
Info
16 novembre 2018
L’écologie et la justice sociale doivent être les carburants du XXIe siècle
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Pesticides