Le Sud passe au vert

Durée de lecture : 3 minutes

10 juin 2013 / Hervé Kempf


La révolte qui agite la Turquie a été allumée par une étincelle écologique : la protestation contre le projet de construction d’un centre commercial sur la place Taksim d’Istanbul, qui devrait détruire le parc Gezi. A partir de cette étincelle, le mouvement a pris une ampleur qui dépasse de beaucoup son amorce et implique bien davantage que le refus d’une politique méprisant l’environnement au nom du développement économique. La séquence n’en est pas moins remarquable.

Comme il est remarquable que, de point de vue, le cas turc est loin d’être isolé. De plus en plus souvent, dans les pays émergents, la protestation écologique est un des principaux motifs d’agitation sociale. Au Chili, le grand mouvement étudiant de 2011 avait pris appui sur le succès inattendu de la manifestation à Santiago contre un projet de grands barrages en Patagonie. En Pologne, une résistance paysanne s’affirme contre les tentatives d’exploration du gaz de schiste. En Chine, les protestations locales contre des usines polluantes sont le ferment le plus actif d’expression de l’insatisfaction sociale sous un régime qui reste très répressif. En Inde, le mouvement des paysans sans terre et les nombreuses résistances à des projets de complexes industriels ou de centrales nucléaires font écho à la rébellion naxalite qui s’appuie dans l’est du pays sur la résistance des autochtones à des plans miniers. Au Pérou comme en Bolivie, la protestation contre des projets de mines ou de routes à travers des parcs naturels ont ébranlé les gouvernements. Au Brésil, si la résistance au barrage de Belo Monte reste localisée, la place qu’a su prendre l’écologiste Marina Silva sur la scène politique montre l’importance de la préoccupation environnementale chez le géant d’Amérique latine.

Peut-on parler d’un « soulèvement contre le développement », comme l’écrit l’analyste Ali Bektas à propos des événements de Turquie ? Sans doute est-ce prématuré. Mais il est clair que la croissance effrénée que connaissent nombre de pays du sud suscite de plus en plus de frustrations, en raison de ses effets secondaires néfastes et de son caractère souvent inéquitable. L’écologie n’est décidément plus un « luxe de pays riches », comme on l’entend parfois, mais bien un élément moteur des dynamiques sociales dans tous les pays du monde.

La destruction écologique peut aussi influencer l’agitation sociale par la misère qu’elle entraîne, comme le signale le François Gemenne, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales. Bon connaisseur du Bangladesh, il observe que la radicalisation islamiste qui agite le pays peut être associée au dénuement de populations rurales qui perdent souvent leurs maigres avoirs sous les coups de conditions environnementales de plus en plus dévastatrices. Elles se rapprocheraient par désespoir du fanatisme religieux.

Il faut raffiner et préciser ces pistes d’analyse. Mais ce qui est sûr, c’est que la compréhension des enjeux sociaux de la crise écologique doit intégrer l’analyse géopolitique.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Cette chronique devait être publiée dans Le Monde du 8-9 juin 2013.

Photo : Sur la place Taksim, à Istanbul (lesnouveautes.fr)

Lire aussi : Les pays du sud de plus en plus exposés aux poisons chimiques

THEMATIQUE    International
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
Entretien
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
Reportage


Sur les mêmes thèmes       International





Du même auteur       Hervé Kempf