Le déconfinement pourrait entraîner une surconsommation de plastique à usage unique

Durée de lecture : 1 minute

9 mai 2020



À la lecture des recommandations du ministère du Travail sur le déconfinement, l’association No Plastic In My Sea a dénoncé jeudi 7 mai « un décalage entre la recommandation globale (centrée sur un socle de mesures barrière et de « distanciation ») et certaines fiches métier qui systématisent le recours au plastique et à l’usage unique sans raisons explicites ».

Hors des recommandations générales, le ministère a en effet publié des fiches spécifiques. Ainsi, la fiche vestiaires, locaux sociaux et locaux fumeurs maintient l’accès aux distributeurs, micro-ondes et réfrigérateurs (avec un affichage pour inciter au lavage des mains et au nettoyage) mais recommande de suspendre l’utilisation des fontaines à eau et de distribuer des bouteilles. « Paradoxalement, elle indique que chacun peut être invité à venir avec sa gourde », a constaté l’association, qui privilégie cette option.

De plus, « s’il parait nécessaire de sécuriser les matériels utilisés par plusieurs personnes, certaines fiches prévoient de nombreuses protections à usage unique, une plastification de documents papier et évoquent des parois en plastique entre les postes (centres d’appel) sans rappeler que le risque de persistance du Covid sur le plastique peut être de 7 jours », a rappelé l’association, en se référant à une étude publiée dans le Lancet.





Lire aussi : Des millions de microplastiques découverts au fond de la Méditerranée
DOSSIER    Déchets Covid-19

31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre
31 juillet 2020
Bâtiments qui se fissurent, routes qui ondulent... L’Arctique russe face à la fonte du pergélisol
Reportage
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Déchets Covid-19