Le gouvernement recule sur les objectifs climatiques. Reporterre publie son projet de loi

8 février 2019 / Hervé Kempf (Reporterre)

Le gouvernement veut abandonner l’objectif de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre, inscrit dans la loi depuis... 2005.

C’est un recul général des objectifs de la politique sur le climat que veut engager le gouvernement. Dans le projet de loi qu’il a déposé au Cese (Conseil économique, social et environnemental) le 7 février et qui doit venir prochainement à l’Assemblée nationale, il prévoit des changements majeurs par rapport aux objectifs fixés dans la précédente loi sur l’énergie votée en 2015 :

  • Télécharger le projet de loi :
    Le projet de loi sur l’énergie transmis au CESE le 7 février.

Ainsi lit-on dans le texte, que publie Reporterre,

• l’objectif « de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et » 2050 est remplacé par celui « d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon » 2050 ;
• l’« objectif intermédiaire de 20 % en 2030 » devient 17 % ;
• la baisse prévue de la consommation des énergies fossiles passe de 30 % en 2030 à 40 % ;
• la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 %, qui était prévue à 2025 est repoussée à 2035.

Ce texte a suscité des réactions négatives.

Pour Greenpeace, la neutralité carbone est « un objectif trop vague et trop éloigné qui ouvre grand la porte aux fausses solutions, comme les agrocarburants ou les procédés industriels de stockage du carbone ». L’association estime aussi que repousser la réduction de la part du nucléaire « sans gages supplémentaires en matière sûreté et sécurité nucléaire (...) est une bombe à retardement ».

L’expert en énergie Yves Marignac déplore aussi l’abandon souhaité de l’objectif de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre :

Complément d’info : Article L 100-4 du Code de l’énergie, qui doit être modifié par le projet de loi



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le gouvernement enferme la France dans le nucléaire

Source : Hervé Kempf pour Reporterre



Documents disponibles

  Le projet de loi sur l’énergie transmis au CESE le 7 février.
THEMATIQUE    Energie Politique
30 janvier 2019
Dans le Diois poussent les champignons de l’autonomie
Chronique
16 février 2019
Radio Bambou : Le plan machiavélique des particules fines
Chronique
15 février 2019
Une association « agriculturelle » dynamise un village en Côte-d’Or
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Energie Politique





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)