Le mouvement de la bonne humeur

Durée de lecture : 3 minutes

30 novembre 2015 / par kempf

« Les matraques et les gardes à vue n’auront pas raison de la vie et de la jeunesse. Car elles défendent le passé, et nous défendons l’avenir. »

Une surprise, une bonne surprise, une très bonne surprise ! Dimanche midi 29 novembre, il y avait plein de monde pour former une chaîne humaine, entre République et Nation, à Paris. Colorés, heureux d’être là, d’être si nombreux, souriant, parlant, bienveillants, patients.

Heureux, souriants, bienveillants. Mais surtout posant un acte fort, pour signifier que ni les kalachnikovs ni les lois répressives ne doivent empêcher de dire à la face du monde ce qui domine notre destin proche : la cause écologique, la gravité du moment, le péril climatique.

Une manifestation, qu’on espérait immense, était prévue et préparée de longue date pour porter l’attention publique sur le changement climatique, montrer par la voix de centaines de milliers de personnes que la question ne pouvait rester entre les seules mains des gouvernements. Les attentats du 13 novembre et l’état d’urgence en ont décidé autrement. Dans l’urgence, une chaîne humaine s’est réorganisée dans la semaine. Et des milliers de personnes sont venues.

Je retiens ce moment d’amitié, dans un Paris lumineux, cette réunion inquiète qui s’est transformée, pour une heure, en l’affirmation joyeuse que le monde peut être autrement.

C’est le paradoxe que portent celles et ceux qui se retrouvent dans ce que désigne aujourd’hui l’écologie : ils sont sans doute les témoins les plus pessimistes de l’époque, parce qu’ils mesurent plus que la majorité le péril angoissant que recèle la destruction toujours frénétique du monde ; et pourtant ils sont les plus joyeux, les plus libres, parce qu’ils savent que ce destin mauvais, le monde peut l’éviter par un changement des esprits, par une mutation des pratiques, par une transformation de la société.

Voyez cette chaine humaine : des couleurs, des clowns, des masques, des jeux de mots, des plaisanteries, des gestes d’amitié ! Eh oui, la bonne humeur : voilà la meilleure arme contre les forces ténébreuses qui, dans l’âme d’individus perdus, les conduisent à la haine et à la barbarie ; la meilleure arme contre les desseins autoritaires d’un système néo-libéral fissuré de partout. L’arme de la bonne humeur, de la confiance, de l’optimisme.

Alors que s’ouvre au Bourget une conférence internationale sur le climat décisive quoiqu’incertaine, alors que les élections régionales s’annoncent comme une nouvelle montée des idées sécuritaires et de repli sur soi, il est vital d’affirmer que l’espoir est justifié, que l’alternative est possible, que le rire peut éclairer les jours sombres. De l’affirmer, et de savoir que ce doit être porté dans la lutte : contre les idées noires, et contre des pouvoirs toujours plus hostiles à l’alternative, qui est la seule force qui les menace vraiment. En témoigne la brutalité imbécile encore déployée dimanche par un gouvernement sourd aux citoyens. Mais les matraques et les gardes à vue n’auront pas raison de la vie et de la jeunesse. Car elles défendent le passé, et nous défendons l’avenir.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le mouvement écologiste, nouvel ennemi intérieur

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre

THEMATIQUE    Libertés
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
20 septembre 2019
À Paris comme dans le monde, la jeunesse en grève pour le climat
Reportage
21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Libertés



Du même auteur       kempf