Reporterre
a besoin de vous
0 €
COLLECTÉS
100 000 €
OBJECTIF
11
JOURS
68 %

Le pic de pollution cache la permanence de la pollution de l’air

24 janvier 2017 / par Baptiste Giraud (Reporterre)



Les seuils d’alerte à la pollution de l’air sont de nouveau dépassés dans de nombreux départements français. Ce pic de pollution exceptionnel mais récurrent ne doit pas masquer la pollution du quotidien, plus décisive pour la santé. Explication avec la spécialiste Charlotte Lepitre, de FNE.

Cinq départements en alerte vendredi 20 janvier, quinze samedi, vingt-sept dimanche, quarante et un lundi, et encore un certain nombre ce mardi (voir la situation du 23 janvier). Le pic de pollution que subit une grande partie du pays depuis ce week-end est exceptionnel, par sa durée comme son intensité. C’est du jamais vu depuis dix ans, selon les spécialistes.

Ce sont les « PM10 » qui sont pointées du doigt, des particules de diamètre inférieur à 10 micromètres. Elles proviennent avant tout de la combustion (notamment de bois dans les foyers ouverts) et des gaz d’échappement des véhicules (dioxyde de soufre, oxydes d’azote NOx), mais également du freinage des véhicules, des carrières, incinérateurs et décharges.

Carte de France de la concentration (en microgramme par mètre cube) de matières particulaires en suspension dans l’air d’un diamètre inférieur à 10 micromètres, lundi 23 janvier.

Tout cela forme un joyeux cocktail, au dosage différent selon chaque région. « C’est un pic de pollution national dû à une combinaison de facteurs. Et en fonction des régions, et des secteurs d’activité qui prédominent, les pollutions locales sont différentes », explique Charlotte Lepitre, coordinatrice Santé et environnement à France nature environnement (FNE), interrogée par Reporterre. Difficile donc de définir nationalement la part de pollution due à chaque source. Schématiquement, dans les régions périurbaines, la pollution vient surtout du chauffage et des feux de bois, tandis que dans les régions urbaines, elle émane surtout de la circulation automobile.

En ce mois de janvier, les conditions météorologiques renforcent cette pollution en empêchant la dispersion des particules. D’abord parce que les conditions anticycloniques entraînent la stagnation des masses d’air : il n’y a pas de vent pour balayer les particules en suspension vers l’océan (ou chez nos voisins), mais ces particules ont au contraire tendance à s’accumuler près du sol. Ensuite, les températures froides causent un phénomène d’« inversion thermique » le matin et le soir : les rayons de soleil réchauffant plus vite l’air que le sol, la couche d’air au sol chargée de polluants se retrouve coincée et ne peut s’élever.

46 % de la pollution française sont... exportées

De plus, le froid génère l’émission de davantage de pollution. Parce que les besoins en chauffage augmentent. Mais aussi parce qu’une grande partie des véhicules récents émettent davantage : « La majorité des trajets sont courts, ne permettant pas aux véhicules de chauffer. Or les constructeurs pointés du doigt par les révélations du « Diesel Gate » ont calibré leurs systèmes de dépollution pour qu’ils ne fonctionnent qu’à partir d’une certaine température, le plus souvent 17°C », explique Charlotte Lepitre.

Quant au secteur agricole, il n’est pas en cause cette fois-ci. « En hiver, les activités agricoles n’ont aucune influence. Mais elles en ont à partir du printemps » précise-t-elle. Et les centrales à charbon allemandes ? « Oui c’est une cause de pollution. Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’une problématique européenne : il y a ’importation et exportation’ de pollution entre tous les pays. 46 % de la pollution française part vers l’Espagne ou l’Angleterre selon les vents. » Le pic actuel touche d’ailleurs autant la France que l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. Charlotte Lepitre met donc en garde ceux qui voudraient accuser nos voisins de nous polluer l’air, se dédouanant ainsi des indispensables mesures à prendre.

Plus de pics de pollution parce que le seuil d’alerte a été abaissé

La succession de ces pics peut donner l’impression d’une augmentation de la pollution de l’air. En réalité c’est simplement notre conscience de cette pollution qui augmente. Les seuils d’information et d’alerte ont été abaissés par un décret du ministère de l’Ecologie d’octobre 2010, entrée en vigueur en 2012. Depuis cette date, il y a donc naturellement plus de « pics » déclenchés. « Certains polluants sont en baisse, mais d’autres non : l’ozone et l’ammoniac par exemple », selon Charlotte Lepitre.

Cela dit, quel est le rapport entre le dépassement de ces seuils d’alerte et les dangers sanitaires de la pollution ? « Le vrai problème c’est la pollution de fond, quotidienne, mais dont on ne parle pas tous les jours. Elle est là, tout le temps, et c’est elle qui atteint notre santé, qui est responsable de morts chaque année. » Selon Charlotte Lepitre, les seuils auraient été établis « en fonction d’une moyenne d’observations et de seuils européens. Mais la France dépasse les seuils autorisés par l’Union européenne, et à force de trop les dépasser, elle risque d’être poursuivie. »

En ce qui concerne Atmo, le réseau des associations de surveillance de la qualité de l’air, la réponse est claire : « Les pics de pollution, c’est un paradigme de communication ». En fait, ces seuils ne disent rien des conséquences possibles de l’exposition aux polluants sur la santé. « Si on abaissait ces seuils, ils seraient plus fidèles à l’impact sanitaire » analyse Charlotte Lepitre. « Mais si les gens étaient tout le temps en alerte, feraient-ils autant attention aux pics de pollution ? » Les seuils actuels permettent en fin de compte un travail de sensibilisation à coups de petites « crises » de pollution, habituant progressivement la population à être informée et à se préoccuper de son air.

La circulation alternée ? « C’est un pas dans le bon sens, mais cela manque de contrôle et beaucoup ne la respectent pas. » La pastille pour les voitures les moins polluantes (Crit’air à Paris) ? « Elle se base sur les normes de pollutions, alors que l’on sait maintenant qu’elles ne veulent rien dire. » Sans compter les inégalités économiques devant la possibilité d’acheter un nouveau véhicule. « Il y a besoin d’incitations, pour covoiturer, faire du vélo, car les citoyens prennent conscience de ce problème mais ne franchissent pas encore le pas dans leurs habitudes. »

La prise de conscience serait donc en train de se faire. Elle doit maintenant entraîner davantage d’évolutions de la réglementation et des comportements. « Réagir quand il y a un pic c’est bien, mais ça ne suffit pas. Nous souhaitons que les zones de circulation restreinte soient généralisées dans les villes les plus polluées, que les transports en commun soient développés. Et si on faisait déjà du covoiturage, du vélo et de la marche à pieds, on réglerait beaucoup de choses. »




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pollution de l’air : Rennes distribue des capteurs aux citoyens

Source : Baptiste Giraud pour Reporterre

Photos :
. chapô : Vue de Paris lundi 23 janvier au matin. Compte Twitter de l’association Respire
. cartes : © Prev’Air

THEMATIQUE    Pollutions Santé
27 juin 2017
À Fréjus, le maire FN poursuit le bétonnage de la Côte d’azur
Reportage
22 avril 2017
Les chercheurs défendent dans la rue la liberté de la science
Info
26 juin 2017
Du microplastique dans nos rivières, un phénomène méconnu, mais inquiétant
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Pollutions Santé



Du même auteur       Baptiste Giraud (Reporterre)