Je fais un don
OBJECTIF : 55 000 €
28189 €   COLLECTÉS
51 %

Pollution de l’air : Rennes distribue des capteurs aux citoyens

9 décembre 2016 / Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)



Alors que des grandes villes comme Paris et Lyon sont en alerte aux particules fines dans l’air, Rennes lance une expérimentation : évaluer la qualité de son air, partout dans la ville, en distribuant des capteurs à ses habitants. Une démarche participative, ludique et pédagogique pour faire prendre conscience de la pollution et en affiner les mesures.

  • Rennes (Ille-et-Vilaine), correspondance

On l’inhale chaque jour et il est impossible de le filtrer. L’air que nous respirons laisse à désirer, en particulier en ce moment à Paris, Rouen, Grenoble mais aussi à Lyon, qui met en place aujourd’hui, pour la première fois de son histoire, une circulation alternée.

La ville de Rennes n’est pas épargnée, mais elle a décidé d’aller au-delà du constat en faisant un pas vers la connaissance fine du phénomène avec le programme Ambassad’air, qui fournit à une vingtaine de familles des capteurs : un instrument qui mesure la quantité de particules fines présentes dans l’air. Grenoble se lance également dans ce type de dispositif avec le programme GreenZenTag à la fin de l’année.

L’expérimentation, prévue pour durer deux ans, vient de débuter. Elle concerne, dans un premier temps, deux quartiers : Villejean, situé près de la rocade nord et de l’incinérateur de déchets, et le Blosne, près de la rocade sud. Si tout se déroule bien, d’ici à l’automne 2017, tous les quartiers de Rennes devraient être équipés de capteurs. Les données recueillies seront accessibles à tous sur des cartes mises sur Internet.

Les toutes premières mesures effectuées par les habitants apparaissent sur la carte.

À terme, les données recueillies par les habitants pourraient donner du grain à moudre pour l’élaboration du prochain Plan de protection de l’atmosphère, en 2020, mais elles ne fonderont pas une prise de décision politique. En effet, de nombreuses variables pourraient altérer les résultats et ainsi délégitimer une prise de décision. « Ces données pourraient conforter une décision politique, mais pas servir de support de base », résume Jacques Le Letty, de la Maison de la consommation et de l’environnement (MCE), qui accompagne les habitants dans la démarche de mesure de la pollution.

Ludique et pédagogique 

Samedi 3 décembre, Jacques Le Letty a donné rendez-vous à des habitants sur la dalle Kennedy, dans le quartier de Villejean, pour faire des tests ensemble avec le capteur. « Houla ! on est presque à 60, c’est pas terrible », a-t-il commenté en observant les résultats fournis par l’application sur son téléphone, le capteur dans l’autre main.

Jacques Le Letty explique aux habitants le fonctionnement du capteur.

En France, la valeur idéale pour les particules de 10 micromètres, appelées PM10, à ne pas dépasser est de 40 microgrammes/m³ d’air, le seuil où il faut informer la population est de 50 microgrammes/m³ et le seuil d’alerte est fixé à 80 microgrammes/m³. Mais il y a aussi les particules de 2,5 micromètres, les PM2,5, plus petites, plus insidieuses, elles sont plus dangereuses pour notre santé. Ce sont celles-là que mesure le capteur de Rennes.

En 2015, Rennes a été vingt jours au-dessus de la limite autorisée, dont quatre jours d’alerte. Samedi 4 décembre, la courbe est restée désespérément dans le rouge, que l’on fût sur la dalle, sur un terrain de sport ou au carrefour entre deux boulevards. Mais on a vu les oscillations évoluer sur l’écran : ludique et pédagogique, chacun y est allé de son commentaire : « Ah oui, au feu rouge, ça y va ! » ; « C’est bizarre, on est dans un espace vert et le nombre de particules ne diminue pas beaucoup. »

En bas à gauche de l’application pour téléphone portable s’affiche la quantité de particules fines présentes (ici 50 microgrammes par m3).

Malgré les limites techniques et les dysfonctionnements inhérents aux appareils électroniques, l’exercice a le mérite d’être pédagogique, même si, comme le rappelle Jacques Le Letty : « Une mesure faite à un instant précis ne signifie pas grand-chose, ce sont des mesures prolongées dans le temps qui sont pertinentes, gardez cela en tête quand vous aurez les capteurs chez vous. »

« Voir concrètement le lien entre inégalités environnementales et sociales » 

Parmi les volontaires du quartier de Villejean, on trouve des habitants déjà sensibles aux questions sanitaires, comme Pascale, asthmatique. Elle est tellement sensible à l’air qu’elle respire qu’elle est presque un capteur à elle toute seule. André, lui, habite en plein cœur du quartier. Ancien ingénieur à l’Inra, il fait partie du conseil de quartier, « un vrai casse-pieds », comme il se définit. Il y a aussi Marie-Annick, qui préside une association des personnes ayant des difficultés respiratoires : « Avec cette expérimentation, je peux en savoir plus sur la pollution ici. » Si Catherine s’est portée volontaire pour avoir un capteur chez elle, c’est parce que « ça m’intéresse de me rendre compte qu’à tel ou tel endroit, il y a plus de particules fines qu’ici ou là, ça permettra de mieux comprendre et donc, de savoir comment agir ». Elle a proposé à une de ses voisines de demander aussi un capteur : « Moi, je suis orientée Est-Ouest, et elle, Nord-Sud ; on s’est dit qu’on allait faire des captations ensemble, pour voir. »

En effet, ces mesures réalisées par les habitants de la ville seront complémentaires de celles effectuées par les cinq stations fixes de l’association Air Breizh. Lorsque l’on parle de pollution de l’air, on parle de deux choses : les particules fines, mais aussi le dioxyde d’azote. Le dioxyde d’azote est, à l’heure actuelle, plus simple à mesurer. Les estimations réalisées à Rennes ont montré en 2008 que plus de 40.000 Rennais vivaient dans des quartiers pollués au dioxyde d’azote. Si on ne fait rien, en 2020, ils seront le double, la métropole rennaise comptant aujourd’hui plus de 400.000 habitants.

La présence de dioxyde d’azote à Rennes en 2008.
La projection en 2020 de la présence de dioxyde d’azote à Rennes.

Au dioxyde d’azote s’ajoutent les particules fines, que l’on ne sait pas encore mesurer avec précision, d’où cette expérimentation Ambassad’air. Une seule certitude, s’il y a 40.000 personnes affectées par le dioxyde d’azote, il y a en forcément plus concernées par les particules fines, car celles-ci sont plus diffuses. À l’échelle du pays, l’Institut de veille sanitaire impute aux particules fines près de 50.000 décès par an.

Jacques Le Letty réalise avec les habitants des relevés au croisement entre deux boulevards.

Pour Jacques Le Letty, qui coordonne le projet : « Un des objectifs est de voir concrètement le lien entre inégalités environnementales et sociales, car, à Villejean comme au Blosne, ce sont des quartiers populaires, situés en bordure de rocade, donc très exposés. » La deuxième étape pourrait être de réaliser ces mesures à l’échelle de la métropole, avec les communes d’où partent les voitures qui encombrent la rocade matin et soir.

Ce qui intéresse le plus Catherine, c’est la démarche participative, que les citoyens puissent s’impliquer dans ces mesures scientifiques. « Je trouve ça génial, ça peut faire émerger beaucoup de choses en termes de santé publique, s’enthousiasme-t-elle. Faire pareil avec le nucléaire, ce serait super. Imaginez si on avait fait des captations à l’époque de Tchernobyl ? »




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pollution de l’air au maximum : découvrez en diaporama comment on la mesure

Source : Julie Lallouët-Geffroy pour Reporterre

Photos : © Julie Lallouët-Geffroy/Reporterre

DOSSIER    Ecologie et quartiers populaires

THEMATIQUE    Pollutions
14 décembre 2017
Notre-Dame-des-Landes : et maintenant, gagner la bataille de la paix
Edito
13 décembre 2017
Édouard Philippe : « Le choix se formalise désormais ainsi : “Notre-Dame-des-Landes ou le réaménagement de Nantes Atlantique” »
Info
12 décembre 2017
À Forcalquier, Christophe Castaner promeut un supermarché destructeur de terres agricoles
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Ecologie et quartiers populaires



Sur les mêmes thèmes       Pollutions





Du même auteur       Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)