Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

En bref — Autoroutes

Le projet d’A45 est abandonné, selon la ministre Mme Borne

Le projet de l’autoroute A45 entre Lyon et Saint-Etienne, et plus précisément entre La Fouillouse et Brignais, est définitivement abandonné. « L’Etat privilégie les alternatives routières et ferroviaires à l’A45 », a indiqué la ministre Élisabeth Borne au journal Le Progrès, ce mercredi 17 octobre.

L’information avait fuité plus tôt dans la journée par la députée LREM de la Loire, Valéria Faure-Muntian, suite à une réunion entre la ministre et les parlementaires de la majorité de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

« Si ce projet était simple et consensuel, l’autoroute A45 serait réalisée depuis longtemps, a dit la ministre. On ne peut pas ignorer le prélèvement de terres agricoles, l’impact environnemental, l’absence du grand contournement de Lyon sur lequel l’A45 doit déboucher. »

Élisabeth Borne a aussi confirmé que les 400 millions d’euros que l’État devait investir sur l’A45 seront consacrés à d’importantes restructurations de l’A47, et à la liaison ferroviaire entre Saint-Étienne et Lyon. « Le conseil d’orientation des infrastructures a recommandé de travailler plutôt sur des solutions alternatives routières et ferroviaires à l’A45. C’est aussi la position du gouvernement ».

Pour la coordination des opposants à l’A45, « l’abandon du projet est une très grande victoire, fruit d’une mobilisation citoyenne exemplaire qui a eu raison d’une autoroute inutile et destructrice ».

Dans un communiqué, la coordination des opposants demande un « plan B ambitieux » : « Il ne s’agit pas de se limiter à un simple rafistolage de l’existant, A47 et TER compris (...) Aux mesures d’urgence, peut-être nécessaires, doit être ajouté un plan B digne de ce nom qui permette de réduire le besoin de mobilités, relocaliser les activités soutenables et vivre mieux sur le territoire ».

  • Source  : Le Progrès.
  • Photo : Manifestation contre l’A45 samedi 22 septembre 2018 à La Talaudière (Loire). © Fanny Dollberg/Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende