Les Faucheurs volontaires agissent à Vienne contre les OGM camouflés en mutagenèse

Durée de lecture : 1 minute

9 janvier 2016 / par Philippe Desfilhes (Reporterre)



Les OGM menacent de rentrer subrepticement sous forme de nouvelles biotechnologies.

Les Faucheurs volontaires remettent ce samedi 9 janvier 2016 au matin au Commissariat de police de Vienne (38) une liste d’une cinquantaine de personnes. « Ce sont les faucheurs qui ont participé le 1er janvier 2014 à la destruction du colza OGM muté cultivé à Fontenoy-sur-Moselle (54) par le Cetiom (Centre interprofessionnel des oléagineux et du chanvre) », indique Annick Bossu, Faucheuse volontaire. Le Cetiom a porté plainte et une personne a été inquiétée.

Ces militants anti OGM (organismes génétiquement modifiés) profiteront de cette remise de liste pour alerter sur les dangers de la mutagenèse qui a donné naissance au colza détruit. « Cette technique est porteuse des mêmes dangers que les OGM obtenus par transgenèse, ce que reconnaît la directive CE 2001-18 tout en l’excluant de son champ d’application », regrette Mme Bossu.

Pour les Faucheurs volontaires il s’agit aussi de dénoncer les nouvelles biotechnologies. « Elles risquent de ne pas être reconnues comme produisant des OGM par la Commission européenne qui doit leur donner sur un statut juridique dans les mois qui viennent ».

Crisp/Cas9, mutagenèse dirigée par oligonucléotides, nucléases à doigt de zinc ... Voici quelques noms des nouvelles techniques de biotechnologies (NBT). La Commission cherche à déterminer depuis 2008 si les produits obtenus via ces techniques sont soumis ou non à la législation sur les OGM, comme le considère notamment l’eurodéputé membre des Verts européens José Bové.

« Il est important d’avertir l’opinion publique des risques encourus à cause de ces nouvelles technologies dès lors que les plantes qui en sont issues sont cultivées dans les champs », dit la porte-parole.





Lire aussi : Les Faucheurs volontaires veulent être jugés

Source : Philippe Desfilhes pour Reporterre

Photo : Faucheur volontaire lors d’une action près d’Angers le 5 avril 2015 (© Anaïs Cramm/Reporterre).

DOSSIER    OGM

23 janvier 2021
La presse locale agricole est sous le joug de la FNSEA
Info
25 janvier 2021
L’« agent orange », le poison de la guerre du Vietnam, en procès
Info
23 janvier 2021
Le gouvernement et la déforestation importée : des mots, pas d’actes
Entretien


Dans les mêmes dossiers       OGM



Du même auteur       Philippe Desfilhes (Reporterre)