Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Animaux

Les chasseurs bénéficient de dérogations pendant le couvre-feu

Les chasseurs avaient déjà bénéficié de dérogations pendant le deuxième confinement, en novembre 2020, et cela continue encore aujourd’hui. Alors que la plupart des Français doivent être rentrés chez eux entre 18 heures et 6 heures du matin, les chasseurs, eux, peuvent sortir durant le couvre-feu.

« Le couvre-feu à partir de 18 heures peut perturber l’organisation des chasses, notamment lorsque les participants résident à une grande distance du lieu d’action de chasse, ce que le confinement d’automne a mis en évidence dans le département », a écrit Marie Lajus, la préfète d’Indre-et-Loire dans un courrier du 5 février 2021.



« La régulation du grand gibier constitue un motif d’intérêt général suffisant pour déroger au couvre-feu »

Dans cette lettre, elle confirme aux chasseurs que « la régulation du grand gibier (sanglier et cervidés), à l’affût ou en battue, constitue un motif d’intérêt général suffisant pour déroger au couvre-feu ». En revanche, la chasse d’autres espèces (petit gibier) reste interdite. Les chasseurs n’ont donc qu’à cocher une case sur leur attestation de sortie, et dans le cas d’une battue, à se munir d’une déclaration sur l’honneur de l’organisateur de la chasse, pour se déplacer librement.

Cette dérogation s’applique dans tout le pays. « Nous avons la confirmation, via la Fédération nationale des chasseurs, qu’une dérogation au couvre-feu à 18 heures est possible pour la chasse du grand gibier (cerf, chevreuil et sanglier) et la destruction des ESOD [espèces susceptibles d’occasionner des dégâts] », écrivaient dès le 21 janvier les chasseurs d’Occitanie.

L’incitation des pouvoirs publics à chasser est telle que, dans le Haut-Rhin, la préfecture a prolongé la période de chasse des cerfs et daims... contre l’avis de la fédération de chasse. « La chasse s’est terminée le 1er février, a déclaré Gilles Kaszuk, le président de la fédération, au micro de France Bleu Alsace. Nous estimons avoir rempli nos obligations de tirs. Maintenant laissons ces animaux tranquilles ! »

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende