Les opposants au projet GCO ont manifesté chez Vinci et au ministère des Transports

Durée de lecture : 2 minutes

9 novembre 2018

Ce vendredi 9 novembre, plusieurs actions non violentes ont été successivement menées afin de dénoncer le projet de « grand contournement ouest » de Strasbourg (GCO), qui menace 300 hectares de terres agricoles et forestières.

Dès 9 h 30, 25 activistes se sont rendus devant le siège du concessionnaire de la future autoroute, Vinci Constructions, à Nanterre, afin de déverser des feuilles mortes, symbole des arbres coupés pour faire place aux travaux. Des mains rouges, encadrées de l’inscription « coupable + 3 °C », ont également été peintes sur le bâtiment. « Ces mains sont le symbole de l’Appel de Bayonne, qui demandait aux citoyens de se mobiliser pour le climat. Cette main est celle des citoyens qui s’opposent pour défendre le climat, et qui désignent les responsables », explique Félix Deve, porte-parole du collectif GCO non merci Paris, à l’origine de l’action.

À midi, c’est à Strasbourg que les militants locaux ont déroulé des rubans jaunes marqués « scène de crime climatique » devant une agence du Crédit agricole, le financeur du projet.

De son côté, le collectif parisien a mené une deuxième action dans l’après-midi, vers 15 h 30, devant le ministère de la Transition écologique, qui abrite aussi le ministère des Transports. Là encore, des feuilles mortes ont été déversées et des mains rouges apposées.

« L’objectif était aussi de remettre à Vinci et au ministère les sept rapports négatifs sur le GCO, ainsi que le rapport du Giec, poursuit Félix Deve. Ces rapports sont ceux des commissions d’enquête publique, des services du ministère lui-même et le rapport Mobilité 21. Ils montrent que le GCO ne permettrait pas de décongestionner Strasbourg, avec seulement 4 % de report modal. »

Par ailleurs, depuis le 22 octobre, dix femmes et hommes sont en grève de la faim. Cette grève « se poursuivra jusqu’à l’obtention d’un moratoire, écrit dans son communiqué le collectif GCO non merci. Cette prise de décision extrême et dangereuse — unique recours pour être entendus — doit nous alerter sur l’état de notre démocratie et l’hypocrisie des pouvoirs publics, qui aiment à manipuler les objectifs climatiques en les laissant toujours lettres mortes. »

  • Source : GCO Non Merci - Paris et France 3 Grand Est
  • Photos :
    . chapô : devant Vinci Construction (© Clément Tissot)
    . à Strasbourg : capture d’écran France 3 Grand Est


Lire aussi : Comment l’art et le théâtre peuvent-ils soutenir la lutte contre le GCO de Strasbourg ?


19 juillet 2019
Bure : expulsion en cours au bois Lejuc
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
La justice interdit à Greenpeace de s’approcher de convois transportant des déchets nucléaires
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
À Bure, le bois Lejuc est réoccupé
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
YouTube, Netflix, porno… les vidéos en ligne sont néfastes pour le climat
Lire sur reporterre.net
18 juillet 2019
Un quart des aéroports Ryan Air en Europe sont sous perfusion de fonds publics
Lire sur reporterre.net
18 juillet 2019
Bure : les opposants à Cigéo affirment réoccuper le bois Lejuc
Lire sur reporterre.net
18 juillet 2019
Brésil : en Amazonie, le territoire des Yanomami est envahi par 20.000 chercheurs d’or
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
605 suicides ont eu lieu dans le monde agricole en 2015
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
En plein été, le gouvernement sort un rapport sur l’avenir des forêts publiques
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
La fonte express du pergélisol en Arctique canadien
Lire sur reporterre.net
17 juillet 2019
Élisabeth Borne est nommée ministre de la Transition écologique
Lire sur reporterre.net
16 juillet 2019
Le déclin des éléphants réduit les stocks de carbone
Lire sur reporterre.net
16 juillet 2019
Manifestation des opposants au projet de poulailler industriel de Pitgam
Lire sur reporterre.net
16 juillet 2019
La faim dans le monde augmente à nouveau, et touche surtout les femmes
Lire sur reporterre.net
15 juillet 2019
Usage massif de gaz lacrymogène sur le Pont de Sully : plus de cinq litres de gaz ont été aspergés en moins de 30 minutes
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    GCO

22 juillet 2019
La gratuité des transports urbains, une fausse bonne idée
Tribune
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito


Dans les mêmes dossiers       GCO