Les vins bio contiennent beaucoup moins de résidus de pesticides que les autres

25 septembre 2013 / Générations futures




Générations Futures a disséqué l’enquête de Que Choisir parue le 24 septembre, selon laquelle ’aucun vin n’échappe aujourd’hui à la pollution par les produits phytosanitaires’. Il apparait que cette affirmation demande à être nuancée !

En effet, quand on étudie les chiffres fournis par Que Choisir, il apparait que les vins bio contiennent infiniment moins de résidus que les vins issus de la production agrochimique. Calculette en main, Générations Futures a ainsi trouvé que dans cette enquête :

- la teneur maximale en pesticides des vins bio analysés est 33 fois plus faible que la teneur maximale des vins non bios ;
- la teneur moyenne en pesticides des vins bios et 11,8 fois plus faible que celle des vins non bios ;
- les vins bios contiennent dans 60 % des cas des résidus si faibles que, malgré la sophistication des méthodes utilisées par Que Choisir, il n’a pas été possible de les quantifier ! Dans les vins non bio cette proportion n’est que de 7,31%, soit 8 fois moins.

« Notre analyse montre bien que les vins bio contiennent beaucoup moins de résidus de pesticides que les vins issus de la production agrochimiques », déclare François Veillerette, porte parole de Générations futures. « Ces rares et faibles résidus sont apportés par la viticulture chimique voisine ce qui n’est pas acceptable. Il faut que les viticulteurs non bio réduisent leur utilisation de pesticides et maintiennent les produits utilisés dans leur parcelle, comme la loi les y oblige depuis 2006 ! », ajoute-t-il.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre de Générations futures.

Photo : Bordeaux biologique.

Lire aussi : Vin « biologique » : franc progrès ou arnaque industrielle ?.

DOSSIER    Pesticides Alimentation

THEMATIQUE    Santé
20 octobre 2017
Assez de LGV ! On a besoin de trains régionaux
Tribune
21 octobre 2017
Sivens, Rémi Fraisse, trois ans après, où en est-on ?
Info
21 octobre 2017
En ce doux automne, les chataîgnes boguent et la vannerie est bucolique
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Pesticides Alimentation



Sur les mêmes thèmes       Santé





Du même auteur       Générations futures