Madame la ministre de l’Ecologie, publiez le rapport d’experts sur le Testet

Durée de lecture : 1 minute

20 octobre 2014 / Isabelle Attard, Geneviève Azam, José Bové, Guillaume Cros, Pierre Larrouturou, Vincent Liegey, Corinne Morel Darleux, Noël Mamère, Laurent Pinatel, François Simon

Plusieurs personnalités politiques et syndicales demandent dans une lettre ouverte à Mme Ségolène Royal de rendre public le rapport d’expert qu’elle a commis sur le projet de barrage de Sivens, sur la zone humide du Testet.


Madame la Ministre,

Le 8 septembre 2014, vous avez décidé de nommer une mission d’expertise « pour favoriser le dialogue et vérifier les garanties d’une gestion durable de la ressource en eau » dans le cadre du projet de barrage de Sivens. Cette mission prenant fin, vous êtes sans doute déjà destinataire du rapport de vos experts.

Roland Fourcard, Christian Conrad et Gilles Olivet sont des citoyens tarnais en grève de la faim depuis, respectivement, 52 et 46 jours dans le seul but d’obtenir des informations claires sur les nombreuses zones d’ombres de ce projet.

Thierry Carcenac, président du Conseil Général du Tarn, n’a toujours pas apporté de réponses aux questions envoyées par le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet en février 2014 tout comme il refuse tout débat public contradictoire depuis un an.

Je soutiens la demande des grévistes de la faim de rendre public le rapport des experts dans les meilleurs délais. Cela leur permettra, ainsi qu’à tous les acteurs concernés par ce projet, d’accéder enfin à des données fiables et de stopper ainsi leur longue et éprouvante grève de la faim.

Dans l’espoir d’une réponse positive, nous vous prions de recevoir, Madame la Ministre, l’expression de notre considération distinguée.

Signataires :

Isabelle Attard,
Geneviève Azam,
José Bové,
Guillaume Cros,
Pierre Larrouturou,
Vincent Liegey,
Corinne Morel Darleux,
Noël Mamère,
Laurent Pinatel,
François Simon.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Photo : Isabelle Rimbert

Pour en savoir plus : Le dossier : La bataille pour sauver la zone humide du Testet.


Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Sivens

22 janvier 2020
Mégafeux australiens : quel avenir pour la faune et la flore ?
Enquête
22 janvier 2020
Contre les pesticides SDHI, des associations écolos saisissent la justice
Info
23 janvier 2020
En Australie, « il faudrait des jours de pluie diluvienne pour stopper les feux »
Info


Dans les mêmes dossiers       Sivens