Manifestation à Grenoble contre Center Parc

Durée de lecture : 4 minutes

21 mars 2014 / par villalard

Manifestation contre le Center Parcs de Roybon
Grand projet inutile imposé par le Conseil Général de l’Isère

Vendredi 21 mars à 15h à Grenoble


Manifestation le 21 mars à 15 h devant le Conseil Général de l’Isère
7, rue Fantin Latour 38000 Grenoble

Le projet de Center Parcs synthétise à lui seul le mépris des principes républicains les plus élémentaires et l’obstination de toute une classe politique remettant en cause le fondement même de la démocratie.

Nous, citoyens, nous ne sommes pas d’accord. Nous disons NON au projet scandaleux du Center Parcs qui nous mène droit dans le mur pour les raisons suivantes :

C’est un projet risqué

Le modèle économique du groupe Pierre&Vacances CenterParcs repose sur des plus-values liées à la vente et la rénovation de l’immobilier de tourisme mais en aucun cas sur l’exploitation touristique !

De plus ce groupe a perdu 27,2 M€ en 2012 et 47,5 M€ en 2013.

Comment des collectivités peuvent-elles faire prendre autant de risques financiers à leurs administrés face à une entreprise privée qui se porte aussi mal ?

C’est un projet coûteux financé par nos impôts

Le modèle économique du groupe Pierre&Vacances CenterParcs s’appuie sur nos impôts via notamment les niches fiscales que les députés votent régulièrement, dont la dernière en date, la niche Censi-Bouvard, renouvelée par Monsieur CAHUZAC en décembre 2012, qui permet aux investisseurs de se faire rembourser la TVA et de déduire de leurs impôts une partie du montant du bien !

De plus le Conseil Général de l’Isère a voté une subvention de 7 000 euros pour chaque investisseur alors qu’il supprime des emplois par ailleurs.

Le Center Parcs, c’est au bas mot 112 M€ d’argent public gaspillé, soit 240 000€ par emploi créé ce qui représente 10 ans de salaires, et un coût 15 fois supérieur aux emplois d’avenir.

C’est un projet qui ne résoud pas le problème du chômage

Quelle est la catégorie des personnes le plus en demande d’emplois autour du projet ?
Réponse : des personnes massivement sans qualification. Or, que propose Center Parcs à ces personnes ? 240 euros nets par mois pour 9 heures de travail par semaine : c’est la moitié des emplois du Center Parcs.
Vit-on raisonnablement en 2014 avec 240 euros ?

C’est un projet démesuré

1021 maisons : une ville artificielle de 4 500 à 5 000 personnes en pleine forêt.
Plus de 91 hectares de forêt seraient ainsi détruits et 31,5 hectares définitivement
imperméabilisés !

Alors qu’aujourd’hui un grand nombre de permis de construire sont refusés par les préfectures afin de contraindre au regroupement d’habitations, le préfet de région cherche à forcer le dossier « Loi sur l’eau » de cette gigantesque opération immobilière éloignée de tous les réseaux.

La consommation d’eau de cette ville est estimée à 880 m³/jour avec des pointes à 150m³/heure c’est-à -dire, bien supérieure au total de la consommation en eau potable de la population locale actuelle alors que les nappes sont déjà en déséquilibre quantitatif !

C’est un projet qui menace les milieux aquatiques

Le site retenu est recouvert à 85 % de zones humides qui sont devenues d’intérêt général car en voie de disparition et elles assurent un rôle indispensable dans le cycle de l’eau et de la biodiversité. Pierre&Vacances qui a l’obligation de compenser deux fois ce qu’il impacte sur les mêmes bassins versants, ne propose aucune compensation sur les bassins versants des rivières impactées !

Le site est situé à 87 % sur le bassin versant de l’Herbasse, 13 % sur la Galaure, rivières qui ont des lits fragiles qui se sont gravement détériorés en octobre dernier, classant les villages touchés en catastrophe naturelle.

Enfin, ce site est identifié dans des études en hydrogéologie comme un endroit particulièrement sensible où toute activité humaine doit être limitée au risque de polluer la nappe qui alimente en eau potable tout le nord Drôme.

Or, l’activité incessante des arrivées/départs des véhicules touristiques, des camions qui alimenteront la ville la nuit, du personnel, provoquera des dépôts d’hydrocarbures qui se retrouveront inévitablement dans les rivières et sources locales.

C’est un projet imposé par le Conseil général

Les élus aveuglés par l’image de marque Center Parcs, font prendre des risques considérables aux collectivités et à leurs administrés pour plaire au groupe Pierre&Vacances CenterParcs.

Ainsi ce dernier achèterait le terrain constructible au prix de 0,30 centimes d’euros le m² !

L’assainissement à 27 km de là, l’adduction d’eau à 17 km, l’électricité et toutes les commodités seront apportées sur un plateau et financées par certaines collectivités en s’endettant !

Est-il normal que des collectivités qui prennent tous les risques, fassent des projections de rentrées financières sur plusieurs années pour équilibrer leurs comptes alors que le « partenaire privé », une multinationale cotée en bourse, perdant de l’argent, sera sûre d’empocher immédiatement de juteuses plus-values immobilières ?

Pouvons-nous encore faire confiance à des élus prêts à brader la valeur de nos territoires et de nos entreprises locales au profit des intérêts privés d’un seul groupe ?
Vous voulez que cela change ?

Alors agissez et rejoignez-nous dans l’opposition à ce projet !



Source : Pour les Chambaran sans Center Parcs

Lire aussi : Un projet de Center Parc dans le Jura est vivement contesté

Image : France3

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

DOSSIER    Center Parcs et Roybon

26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito


Dans les mêmes dossiers       Center Parcs et Roybon



Du même auteur       villalard