Manuel Valls ne veut plus écraser de hérisson

Durée de lecture : 1 minute

9 mai 2015 / Alessandro Pignocchi

Manuel Valls chagriné par un hérisson ? Mais... à quoi ressemblerait le monde si une cosmogonie incluant humains et non-humains dans une même communauté l’emportait sur le mode de pensée occidental ?



L’auteur de ces dessins, Alessandro Pignocchi, est chercheur en sciences cognitives. Il nous explique comment ses dessins s’inscrivent dans son travail :

« Ce dessin s’inspire de mon travail universitaire et de celui de l’anthropologue Philippe Descola. L’idée est que les ethnies animistes (comme les indiens d’Amazonie, dont parle mon blog et mon projet de BD documentaire) prêtent aux plantes et aux animaux un esprit similaire au nôtre. Plantes et animaux sont à ce titre intégrés à la communauté morale.

Pour les animistes, les différences entre humains et non-humains tiennent seulement à des différences corporelles, et non à l’intériorité. Dans la cosmogonie occidentale post Renaissance, c’est l’inverse : tous les êtres vivants ont des corps qui répondent à peu près aux mêmes lois biologiques, mais les humains se distinguent par une intériorité particulière (la possession d’une âme, des facultés de langage, de raisonnement, etc.). Les non-humains sont donc exclus de la communauté morale.

Ces dessins relèvent d’une anthropologie symétrique : imaginer le regard scandalisé que des animistes poseraient sur notre société, ou ce à quoi ressemblerait le monde si, contre toute attente, la cosmogonie animiste l’emportait sur le mode de pensée occidental. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :
. dessins : Puntish, blog d’Alessandro Pignocchi, avec son aimable autorisation.
. texte : courriel à Reporterre

DOSSIER    Écologie et spiritualité

THEMATIQUE    Nature
22 janvier 2020
L’Andra utilise des youtubeurs pour rendre « cool » les déchets radioactifs
Tribune
23 janvier 2020
En Australie, « il faudrait des jours de pluie diluvienne pour stopper les feux »
Info
22 janvier 2020
Mégafeux australiens : quel avenir pour la faune et la flore ?
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Écologie et spiritualité



Sur les mêmes thèmes       Nature





Du même auteur       Alessandro Pignocchi