Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Info — Nature

Manuel Valls ne veut plus écraser de hérisson

Manuel Valls chagriné par un hérisson ? Mais... à quoi ressemblerait le monde si une cosmogonie incluant humains et non-humains dans une même communauté l’emportait sur le mode de pensée occidental ?



L’auteur de ces dessins, Alessandro Pignocchi, est chercheur en sciences cognitives. Il nous explique comment ses dessins s’inscrivent dans son travail :

« Ce dessin s’inspire de mon travail universitaire et de celui de l’anthropologue Philippe Descola. L’idée est que les ethnies animistes (comme les indiens d’Amazonie, dont parle mon blog et mon projet de BD documentaire) prêtent aux plantes et aux animaux un esprit similaire au nôtre. Plantes et animaux sont à ce titre intégrés à la communauté morale.

Pour les animistes, les différences entre humains et non-humains tiennent seulement à des différences corporelles, et non à l’intériorité. Dans la cosmogonie occidentale post Renaissance, c’est l’inverse : tous les êtres vivants ont des corps qui répondent à peu près aux mêmes lois biologiques, mais les humains se distinguent par une intériorité particulière (la possession d’une âme, des facultés de langage, de raisonnement, etc.). Les non-humains sont donc exclus de la communauté morale.

Ces dessins relèvent d’une anthropologie symétrique : imaginer le regard scandalisé que des animistes poseraient sur notre société, ou ce à quoi ressemblerait le monde si, contre toute attente, la cosmogonie animiste l’emportait sur le mode de pensée occidental. »

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire