Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Régionales 2022

Matthieu Orphelin échoue en Pays de la Loire, l’union n’a pas suffi

Le député Matthieu Orphelin conduisait dans les Pays de la Loire une liste citoyenne soutenue par Europe Écologie–Les Verts et la France insoumise. Malgré une fusion avec le Parti socialiste dans l’entre-deux tours, le programme écologique de ce bloc de gauche n’a pas réussi à s’imposer face à la présidente sortante de droite, Christelle Morançais.

Nantes (Loire-Atlantique), reportage

Le « sursaut à gauche » n’aura finalement été qu’un mirage. Dans les Pays de la Loire, la présidente sortante Christelle Morançais (Les Républicains), a été reconduite au second tour des élections régionales, dimanche 27 juin, en remportant 46,45 % des suffrages exprimés, dans un scrutin marqué de nouveau par un très fort taux d’abstention (68,33 % dans la région). Elle a largement devancé la liste citoyenne d’union de la gauche conduite par le député du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin (non encarté), avec 34,87 % des suffrages exprimés. Dans le QG de celui-ci, improvisé dans un bar nantais, un grand silence a accompagné l’annonce des résultats. Seuls quelques « Oh merde ! » et « C’est pas vrai… » ont brisé le mutisme des militants. « C’est une très mauvaise surprise », a lâché William Aucant, ancien membre de la Convention citoyenne pour le climat et candidat non encarté de la liste L’Écologie ensemble.

Tout avait pourtant bien commencé. Dès l’automne 2020, un appel avait été lancé « pour une région Pays de la Loire écologique, citoyenne et solidaire ». Il recueillait en quelques mois près de 3 000 signatures. Le programme avait été réalisé de manière participative, soutenu notamment par Europe Écologie—Les Verts (EELV), Génération·s et Génération écologie. Après quelques négociations, la France insoumise avait rejoint la campagne en avril.

Au premier tour du scrutin, dimanche 20 juin, Matthieu Orphelin a remporté 18,70 % des voix, derrière Christelle Morançais (34,30 % des voix) mais devant l’ancien ministre socialiste Guillaume Garot (16,32 %). Sans attendre, les deux listes de gauche ont fusionné dans la nuit : un rapide calcul promettait alors un duel serré entre les deux forces. Pourtant, la présidente sortante a remporté la majorité des voix avec une large avance.

La liste citoyenne « L’écologie ensemble » était soutenue par Europe Écologie-Les Verts, La France insoumise, le Parti socialiste, Génération·s, ou encore Génération écologie. © Justine Guitton-Boussion/Reporterre

Christelle Morançais a récolté près de 114 000 votes de plus qu’au premier tour, une situation vraisemblablement due au report des voix des électeurs de l’eurodéputé Hervé Juvin (Rassemblement national) et du député « marcheur » François de Rugy, dont le nombre de votes a baissé au second tour. Matthieu Orphelin a quant à lui recueilli 294 727 voix, soit à peine 10 000 de plus que le cumul de sa liste et celle de Guillaume Garot au premier tour. La liste victorieuse obtient donc 57 sièges, contre 24 pour le bloc de gauche, 7 pour le Rassemblement national et 5 pour La République en marche.

Ces résultats sont encore une fois à remettre dans un contexte particulier : dans les Pays de la Loire, 68 % des électeurs ne sont pas allés voter — c’est un point de moins qu’au premier tour. Les candidats ont par ailleurs dénoncé le fait que, comme au premier tour, de nombreuses communes n’ont pas reçu les propagandes électorales des différentes listes. « Pendant une semaine, on a dû pallier les manques de l’État, on a passé notre temps à distribuer des professions de foi et des tracts, disait dimanche soir à Reporterre Claudine Goichon, cosecrétaire régionale EELV dans les Pays de la Loire. Il faut vraiment s’interroger sur la manière dont on vote en France. »

« Nous avons semé un espoir pour l’écologie »

Une demi-heure après l’annonce des résultats, accueilli par les applaudissements de son équipe et des militants, Matthieu Orphelin s’est exprimé à Nantes d’une voix enrouée qu’on ne lui connaissait pas, lui qui affichait toujours un optimisme sans faille. « Nous avons semé un espoir pour l’écologie, un espoir pour le climat, un espoir pour la justice sociale, pour l’emploi local », a-t-il affirmé après avoir évoqué sa « déception ». « Je suis persuadé que tout cela portera, bientôt, de futures victoires. »

« Nous continuerons à bâtir ensemble », a affirmé le député socialiste de la Mayenne Guillaume Garot. Il avait fusionné sa liste avec celle de Matthieu Orphelin le soir du premier tour des élections régionales. © Justine Guitton-Boussion/Reporterre

À ses côtés, le député de la Mayenne et ancien ministre socialiste de l’Agroalimentaire Guillaume Garot a assuré qu’ils continueraient à « bâtir ensemble » : « Nous serons au rendez-vous des combats décisifs qui nous attendent, a-t-il dit. Nous devrons toujours porter des propositions, des solutions, qui montrent que la gauche et l’écologie ensemble est utile, nécessaire au pays et aux habitants de notre région. » Parmi leurs vingt-cinq engagements proposés, on pouvait trouver l’investissement de 1 milliard d’euros supplémentaires pour la transition écologique, une avance complète des travaux de rénovation énergétique pour les ménages ou encore l’objectif de viande 100 % locale dans les cantines.

Après le choc de la déception, c’est un sentiment d’espoir qui a imprégné les militants, dans le QG de Nantes. « Je crois toujours à une région plus écologique, où les inégalités sociales reculent, déclarait à Reporterre Badra Dhaouadi, une candidate non encartée de la liste, issue de la société civile. Ça ne va pas s’arrêter : on va continuer à se battre. »

Badra Dhaouadi, monitrice éducatrice et candidate non encartée de la liste, issue de la société civile. © Justine Guitton-Boussion/Reporterre

« L’écologie politique n’a jamais été aussi haute dans les Pays de la Loire, c’est historique, a fait remarquer à Reporterre Franck Nicolon, tête de liste EELV pour la Loire-Atlantique. Nous avons pu rassembler la gauche : on sait que nous allons être très attendus pour cela dans les années qui viennent, on va y travailler. »

Franck Nicolon, tête de liste EELV pour la Loire-Atlantique. © Justine Guitton-Boussion/Reporterre

Veiller à ce que l’écologie reste en haut de l’agenda politique

Les listes d’union de la gauche n’ont pas réussi à s’imposer durant ces élections régionales (en Île-de-France et dans les Hauts-de-France par exemple), mais elles peuvent servir d’exemple et montrer que cela est possible. Même si « cela ne s’est pas fait sans heurts », concédait à Reporterre Sandrine Bataille, ancienne cocheffe de file de la France insoumise. Car avant la fusion entre LFI et la liste de Matthieu Orphelin, le profil du député du Maine-et-Loire — et surtout son passage à La République en marche entre 2017 et 2019 — a posé question à de nombreux militants insoumis. « Mais ce qui a motivé notre rassemblement, c’est le programme, le projet commun », racontait Andy Kerbrat, candidat LFI en Loire-Atlantique. « S’allier, ça ne veut pas dire donner un blanc-seing, poursuivait Sandrine Bataille. Les élus auraient fait attention à ce que les promesses soient respectées. »

Sabine Lalande, Andy Kerbrat et Sandrine Bataille de la France insoumise (LFI). © Justine Guitton-Boussion/Reporterre

En tant qu’élus de l’opposition, les vingt-quatre conseillers régionaux issus de ce bloc de gauche veilleront aussi à ce que l’écologie reste en haut de l’agenda politique. « Quand vous avez travaillé pendant neuf mois pour la Convention citoyenne pour le climat, qu’on vous a dit qu’il faut une action de proximité, vous vous dites que la région est un excellent levier pour ça, disait à Reporterre William Aucant, candidat non encarté et membre des 150 conventionnels. Les enjeux sont gros. Les six prochaines années peuvent autant être celles de l’action que de l’inaction. »

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende