Mercedes, pollueur climatique, conduit l’Allemagne vers la Cour européenne de justice

Durée de lecture : 2 minutes

23 septembre 2015 / Marie-Paule Nougaret (Reporterre)

Actualisation - Mercredi 23 septembre 2015 - La Commission européenne a bien lancé en mars 2014 une procédure contre Mercedes. Et depuis, plus de nouvelles...


Première mise en ligne : 16 novembre 2013 -

La lettre confidentielle de Merkel n’a pas convaincu la Comission européenne. La chancelière allemande tentait d’expliquer pourquoi Mercedes devait pouvoir déroger aux règles européennes sur les gaz à effet de serre (voir notre précédent article).

Selon les informations de Reporterre obtenues le 7 novembre, la Commission Européenne le 31 octobre a rejeté les explications de Mme Merkel. Décision prise par consensus des commissaires sur avis des juristes du secrétariat général.

Bruxelles avait sommé l’Allemagne de justifier l’immatriculation des Mercedes classe A, classe B, SL et CLA, en contravention avec la directive dite MAC pour Mobile air conditioning, sur les climatiseurs à bord. La firme qui utilise un gaz banni pour son méga effet de serre (1200 fois celui du CO2), arguait du risque d’incendie.

Mais la Direction de l’entreprise et de l’industrie, se fondant sur le rapport du KBA, organisme homologueur allemand, en écarte le danger, tout en demandant de nouvelles études. Et de souligner l’importance d’une concurrence loyale, sous-entendu avec la 305 Peugeot qui applique la norme, comme Reporterre l’a raconté.

Si l’Allemagne n’obéit pas, une procédure d’infraction demeure possible, avec amende à la clé. Le commissaire de l’entreprise détient le pouvoir de proposer d’engager la procédure d’infraction de l’Allemagne auprès de la cour de justice.Pour l’instant, les Mercedes sortent des usines et roulent, au risque de collision et fuites de gaz. En France, ces modèles, un temps interdits (par le ministère des transports), doivent faire l’objet d’une décision du Conseil d’Etat.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : L’Allemagne bloque la lutte contre le changement climatique pour protéger son industrie automobile

Source : Marie-Paule Nougaret pour Reporterre.

Photo : Le blog auto.

DOSSIER    Transports

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
26 juillet 2019
Contre le G7, les altermondialistes organisent un sommet « démocratique et ouvert »
Info
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Transports





Du même auteur       Marie-Paule Nougaret (Reporterre)