Moins d’avions, plans bas carbone pour les entreprises : les mesures post-crise du Haut Conseil pour le climat

Durée de lecture : 5 minutes

22 avril 2020 / Marie Astier (Reporterre)



Crises sanitaire et climatique ont des causes similaires, constatent les scientifiques du Haut conseil pour le climat dans un nouveau rapport. Pour mieux se préparer à l’avenir, ils proposent au gouvernement des mesures pour que la relance économique mette enfin la France sur la voie d’un développement climato-compatible.

Est-ce la même inaction qui saisit nos gouvernants quand il s’agit de prendre au sérieux une pandémie comme celle du Covid-19 ou de lutter contre le changement climatique ? C’est le premier constat du Haut Conseil pour le climat, dans un rapport spécial paru mardi 21 avril au soir.

Composé d’experts du climat et de la transition énergétique, créé en 2019, le Haut Conseil est une instance consultative indépendante chargée d’évaluer la compatibilité de la politique du gouvernement avec l’accord de Paris sur le climat. Face à la crise, il a décidé de s’autosaisir. Son rapport « Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir » tente de tirer les premières leçons de la réponse française à la crise du Covid-19, d’évaluer son impact sur le climat, et trace des pistes pour une relance « verte » plutôt que « grise ».

Crises sanitaire et climatique ont de nombreux points communs, constatent d’abord les experts du climat. Première ressemblance : les alertes n’ont pas été entendues par les gouvernements. Ainsi, ces crises « n’ont pu être empêchées »… et ont des causes structurelles similaires, notamment « la pression insoutenable que nous exerçons sur les milieux naturels », indique Corinne Le Quéré, climatologue et présidente du Haut Conseil pour le climat. Les « choix politiques (…) ont conduit, depuis plus de quarante ans, à des transformations écologiques, sociales et économiques majeures : mondialisation des échanges, (...) éparpillement planétaire des chaînes de valeur, délocalisation, flux tendus, intensification des mobilités de toute nature, réduction de l’intervention de l’État, recul de l’État-providence et de l’accès aux services publics, baisse de la protection sociale », détaille le rapport. « Au-delà de l’urgence immédiate, nous devons donc remédier à ces causes profondes afin de réduire nos vulnérabilités face aux crises sanitaire et climatique », poursuit Corinne Le Quéré.

Le contre-exemple de l’après-crise de 2008

Certes, à première vue, le confinement a un impact positif sur le climat. Les scientifiques du conseil ont évalué la baisse des émissions de gaz à effet de serre en France à 30 % pendant le confinement, et entre 5 à 15 % sur l’ensemble de l’année 2020. « Le transport est la plus grosse source de nos émissions en France. Comme on se déplace beaucoup moins, les émissions sont réduites, détaille la climatologue. Mais ce n’est pas une baisse durable, car elle ne repose pas sur des changements structurels. Et c’est très peu, comparé aux changements que l’on devrait mettre en place pour atteindre la neutralité carbone. »

Les membres du Conseil citent en contre-exemple la relance qui a suivi la crise financière de 2008 où, après une baisse temporaire des émissions, celles-ci étaient reparties de plus belle. Les mesures peuvent même avoir un effet de « verrouillage », alertent les experts, nous bloquant encore plus dans un modèle néfaste pour le climat. Après la crise de 2008, la prime à la casse encourageant l’achat de voitures thermiques ou le plan de construction de routes « ont fait que l’on n’a pas vu de baisse des émissions de gaz à effet de serre dans les transports pendant dix ans », souligne Corinne Le Quéré.

Les scientifiques appellent donc à des réformes profondes et durables, et voient dans les plans de relance à venir une opportunité de « rompre avec un modèle de développement fortement carboné ». Ils recommandent de prendre en compte les propositions de la Convention citoyenne pour le climat et émettent leurs propres recommandations, fixant pour objectif une neutralité carbone en 2050.

« Il faut négocier des engagements très fermes avec les entreprises »

Une mesure a déjà eu l’occasion d’être débattue ces derniers jours : le Conseil propose la subordination des aides aux entreprises et collectivités à « l’adoption explicite de plans (…) bas-carbone », « avec mesures de vérification », précisent-ils. Or justement, samedi 18 avril, les députés de la majorité ont refusé de voter un amendement qui conditionnait l’aide de vingt milliards d’euros, prévue par le gouvernement à destination des entreprises, à l’adoption d’ un « plan de transformation compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris ». « Plus les contraintes sont mises en place de manière claire dès le début, plus elles sont efficaces, a sobrement commenté Corinne le Quéré. Le Haut Conseil encourage le gouvernement à négocier des engagements très fermes avec les entreprises en sortie de crise. »

Autre suggestion potentiellement polémique alors que le gouvernement envisage d’aider Air France, le conseil d’experts appelle à une baisse du trafic aérien. « Aujourd’hui, on n’a pas de solution pour amener les émissions de ce secteur très polluant à zéro. Alors que le trafic aérien est presque arrêté, c’est le moment de réfléchir : à quel niveau souhaite-t-on que ce secteur reprenne ? », interroge la climatologue.

Le conseil d’experts appelle à une baisse du trafic aérien.

Enfin, d’autres mesures très concrètes sont mises en avant dans ce rapport : fin des exonérations fiscales pour les énergies fossiles (plus facile à mettre en place alors que les prix du pétrole sont au plus bas), investissements massifs dans la rénovation thermique des logements et le ferroviaire ainsi que les transports doux, incitations au télétravail, à l’utilisation du vélo et de la marche… Le tout dans un souci de justice sociale, « car l’augmentation de notre vulnérabilité est proportionnelle à l’accroissement des inégalités », précise Corinne le Quéré.

Beaucoup de recommandations sont déjà mises en avant depuis plusieurs années par les défenseurs du climat. Les scientifiques seront-ils plus écoutés dans ce contexte de crise ? « Jusqu’ici on nous opposait la limite du financement. Le plan de relance de l’économie que le gouvernement va mettre en place est une opportunité », répond Corinne le Quéré. Qui souligne que cela ne se fera pas tout seul, mais avec une forte volonté politique : « Le risque est qu’aussitôt le confinement levé, si on ne fait rien, on revienne à la situation d’avant, à ce que l’on sait déjà faire. »





Lire aussi : Confiné mais pas abattu, le mouvement social s’organise

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photos :
. chapô : Gare Savoie. Pixabay
. Avion. Public Domain Pictures
.

DOSSIER    Covid-19

THEMATIQUE    Climat
5 octobre 2020
La plus grande action jamais menée en France contre le trafic aérien
Reportage
27 octobre 2020
Des marins-pêcheurs troquent le chalut pour des bouteilles de plongée
Alternatives
27 octobre 2020
À La Réunion, mobilisation pour sauver le « Ti coin charmant », un riche jardin côtier
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Covid-19



Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)