Panneaux publicitaires barbouillés, les Déboulonneurs condamnés

Durée de lecture : 2 minutes

5 juin 2019

Le 2 mai 2015, sept membres des Déboulonneurs, collectif formé pour combattre la publicité par la non-violence, avaient été interpellés à la gare de Lyon, à Paris, pour avoir barbouillé « agression visuelle », « la pub tue », « liberté de réception », « la pub pollue nos rêves » ou encore « attention à la pub en descendant du train » sur des panneaux numériques.

À la suite de cette action, le 26e procès du collectif des Déboulonneurs s’était tenu le mercredi 27 mars 2019 après-midi au tribunal de Paris. Il s’agissait d’un appel interjeté par les prévenus après un jugement en 1re instance le 11 octobre 2016. Le délibéré, rendu ce mercredi 5 juin par la cour d’appel de Paris, a confirmé le premier jugement pénal et civil

Les activistes sont donc reconnus coupables de deux infractions : « Groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou de dégradation de biens » et « dégradation ou détérioration du bien d’autrui avec la circonstance aggravante qu’il a été commis en réunion ». Six d’entre eux sont condamnés à une amende de 200 € chacun, un militant qui portait un mégaphone est déclaré coupable de la première infraction et condamné à 100 € d’amende. Les sept militants ont été condamnés à verser solidairement 1 € de dommages et intérêts à la SNCF et à payer chacun 200 € supplémentaires pour ses frais d’avocat .

« L’industrie publicitaire quant à elle, et le modèle de surconsommation qu’elle promeut, poursuivent leur déploiement dans les espaces publics et quotidiens », a regretté le collectif. « Cette condamnation est absurde, a réagit Henri Alexandre, l’un des membres des Déboulonneurs. Je ne sais pas comment le tribunal, avec un dossier aussi factuellement vide, peu réussir à nous charger comme ça. Le chef de la gare avait déclaré, deux jours après notre action, que nos affiches et nos inscriptions avaient été ôtées sans qu’aucun frais ne soit engagé. On se demande ce qui a été dégradé… De plus, deux d’entre nous n’avions même pas utilisé de peinture. On se retrouve avec un mention qui restera sur notre casier judiciaire pendant 40 ans pour une action réalisée à visage découvert, assumée, revendiquée, en étant aimables avec la police. C’est lourd, mais ça n’entame en rien notre motivation. »

Un recours en cassation est envisagé par la défense.

  • Source : Alexandre-Reza Kokabi, Reporterre
  • Photo : Gare Saint-Lazare, le 26 mai. ©Alexandre-Reza Kokabi/Reporterre



16 janvier 2020
Européens, Étasuniens et Chinois prévoient de moins prendre l’avion en 2020
Lire sur reporterre.net
15 janvier 2020
Les militants de Greenpeace qui s’étaient introduits dans la centrale de Cattenom condamnés à des amendes
Lire sur reporterre.net
15 janvier 2020
2019, deuxième année la plus chaude de l’histoire
Lire sur reporterre.net
15 janvier 2020
Huit décrocheurs de portraits condamnés en appel
Lire sur reporterre.net
14 janvier 2020
85 % des endives sont des OGM, dénonce la Confédération paysanne
Lire sur reporterre.net
14 janvier 2020
De la pluie attendue dans des régions australiennes touchées par les feux
Lire sur reporterre.net
14 janvier 2020
Open de tennis d’Australie : une joueuse abandonne à cause de la qualité de l’air
Lire sur reporterre.net
14 janvier 2020
L’ONU veut protéger au moins 30 % de la planète d’ici 2030
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2020
Extinction Rebellion, une « idéologie extrémiste » selon la police antiterroriste britannique
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2020
Au Canada, une Nation première s’oppose à la construction du gazoduc Coastal GasLink
Lire sur reporterre.net
11 janvier 2020
Le gouvernement prolonge un permis de recherche d’hydrocarbures en France
Lire sur reporterre.net
10 janvier 2020
Le photojournaliste Jean Segura relâché sans charges après une journée de garde à vue
Lire sur reporterre.net
10 janvier 2020
Foot : à chaque arrêt, le gardien australien Mathew Ryan fera un don pour la lutte contre les incendies
Lire sur reporterre.net
10 janvier 2020
Contre l’inaction climatique, des marches réunissent des milliers de personnes dans neuf villes
Lire sur reporterre.net
8 janvier 2020
Un milliard d’animaux morts, 2.000 maisons détruites
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes
17 janvier 2020
Une mère sioux et sa fille racontent une vie de combat aux États-Unis
Entretien
18 décembre 2019
PODCAST - Migrations et climat : sortir du scénario catastrophe
Hors les murs
18 janvier 2020
La révolte à l’ère du numérique : nouvelle efficacité, nouvelles faiblesses
À découvrir


Sur les mêmes thèmes       Luttes