Pékin ferme ses centrales à charbon, pour retrouver un air respirable en... 2030

Durée de lecture : 2 minutes

14 avril 2015 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Face à l’extrême pollution de son air, la ville de Pékin a décidé de fermer la dernière de ses centrales à charbon. Les autorités ont annoncé qu’il faudrait au moins quinze ans pour que la capitale chinoise retrouve un air respirable.

L’air est devenu tellement irrespirable à Pékin, que les simples masques filtres ne suffisent plus. On croise de plus en plus souvent des gens portant des filtres à cartouche de purification, comme ceux des ouvriers du désamiantage. Les enfants jouent sous d’immenses dômes gonflables dans lesquels l’air est purifié et les architectes conçoivent des bâtiments où le retraitement de l’air est prévu.

La ville de Pékin, où une volonté d’action remplace peu à peu le déni, a pris les choses en main en 2012, notamment en introduisant des mesures qu’elle évitait de faire jusqu’alors.

Fermeture des centrales à charbon

Après avoir fermé, fin mars 2015, deux centrales électrique au charbon appartenant à Guohua Electric Power Corp. et Pékin Energy Investment Holding Co., la ville vient d’annoncer qu’elle fermera en 2016 la dernière de ses quatre grandes centrales au charbon, la centrale électrique de 845 mégawatts de China Huaneng Group Corp. Elle en avait déjà fermé une quatrième, détenue par China Datang Corp., en juillet 2014.

Ces installations seront remplacées par quatre centrales au gaz ayant la capacité de fournir 2,6 fois plus d’électricité que les centrales au charbon. L’introduction de ces quatre nouvelles centrales au gaz contribuera à réduire les émissions annuelles de 10 000 tonnes de dioxyde de soufre, 19 000 tonnes d’oxyde nitrique et 3000 tonnes de poussière.

La ville s’est engagée en 2013 à ramener sa consommation annuelle de charbon à moins de 10 millions de tonnes d’ici à 2017, soit une réduction de 13 millions de tonnes en quatre ans. Mais, si la situation devrait progressivement s’améliorer, une semaine après la fermeture des deux centrales à charbon, le niveau de pollution de l’air à Pékin restait dix fois supérieur aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Virage énergétique

Ce virage énergétique s’inscrit dans le cadre de la politique chinoise contre la pollution de l’air qui tue prématurément un grand nombre de citadins. En 2013, Pékin avait introduit un système d’échange de quotas de carbone avec pour objectif de réduire le niveau de particules fines dans l’air de la ville.

Les autorités de Pékin ont aussi annoncé qu’il faudrait au moins quinze ans pour que la capitale chinoise retrouve un air respirable, et pour que le niveau de particules PM 2,5, les plus fines, celles qui pénètrent directement dans les poumons, puisse être considéré comme sans danger par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les PM 2,5, et leur mesure dans l’air de la capitale chinoise, ne sont apparues dans les lectures officielles de qualité de l’air en Chine… que début 2012 !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Climat : La Chine s’engage à plafonner ses émissions

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre à partir de Bloomberg, China Daily, Clean Technica, Climate action program et The Guardian.

Photo : Flickr (Han Jun Zeng/CC)

DOSSIER    Chine

THEMATIQUE    International Pollutions
18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
18 octobre 2019
La colonisation du monde par les fleurs, une histoire mystérieuse
À découvrir
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Chine



Sur les mêmes thèmes       International Pollutions





Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)