Prison avec sursis et lourdes amendes pour trois étudiants destructeurs de 75 écrans publicitaires

Durée de lecture : 1 minute

21 novembre 2012 / par villalard


Hadrien, Elsa et Yoann, trois étudiants qui avaient comparu le 23
octobre 2012, devant la 10e chambre correctionnelle du tribunal de
grande instance de Paris, pour avoir, entre mai et septembre 2010, lors
de 31 actions clandestines menées dans le métro de Paris, brisé (à
coups de marteaux ou de molettes) et/ou barbouillé (de slogans
antipublicitaires), en réunion, 75 ÉCRANS PUBLICITAIRES ESPIONS,
APPELÉS « Numériflash » par leur propriétaire, la société
Métrobus, ont été jugés le 20 novembre 2012, à 9 heures.

RAPPEL DESQUISITIONS (Alexandre Aubert) : peine d’amende
délictuelle en rapport avec les ressources des prévenus.

RAPPEL DES DEMANDES DE LA PARTIE CIVILE (Dominique Quéran-Germaix pour
Métrobus) : sur la base des dégâts évalués à 270 000 euros, 1 000
par panneau (soit 75 000) en remboursement de la franchise de
l’assurance, 4 000 pour le préjudice commercial, 12 000 pour le
préjudice d’image, 5 000 pour les soins et les peines, 5 000 pour les
frais de procès.

RAPPEL DE LA PLAIDOIRIE DE LAFENSE (Irène Terrel) : « Dans
quelques années, on les considérera comme des précurseurs…
Protection du citoyen contre l’agression publicitaire… Droit de
réponse… C’est un honneur de défendre des gens qui alertent notre
société sur des dangers importants. »

CONDAMNATIONSNALES (Laurent Raviot) :
Hadrien, 3 mois avec sursis et inscription au bulletin n° 2 du casier
judiciaire ;
Elsa, 1 mois avec sursis sans inscription au casier
judiciaire ;
Yoann, 800 euros (dont 500 avec sursis) et inscription au
bulletin n° 2 du casier judiciaire.

CONDAMNATIONS CIVILES (dommages et intérêts à Métrobus) :
Hadrien (23 faits), 28 986,50 euros ; Elsa (9 faits), 7 502,50 euros ;
Yoann (1 fait), 1 336 euros.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : COurriel à Reporterre

THEMATIQUE    Libertés
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste


Sur les mêmes thèmes       Libertés



Du même auteur       villalard