Quatrième procès de l’agriculteur Paul François contre Monsanto

Durée de lecture : 2 minutes

7 février 2019

Le quatrième procès opposant l’agriculteur Paul François au géant de l’agrochimie Monsanto s’est tenu hier mercredi 6 février. Intoxiqué en avril 2004 après avoir inhalé des vapeurs de Lasso – un puissant herbicide commercialisé par Monsanto – lors du nettoyage de la cuve d’un pulvérisateur, le céréalier charentais de 55 ans ferraille depuis douze ans pour faire reconnaître par la justice la responsabilité de la firme américaine, rachetée en 2018 par le groupe allemand Bayer.

Paul François réclame « plus d’un million d’euros », notamment au titre des sérieux troubles neurologiques qu’il subit. Jugé responsable de l’intoxication de l’agriculteur en première instance en 2012, puis en appel en septembre 2015, Monsanto s’est pourvu en cassation, obtenant l’annulation de cette décision à l’été 2017.

« Le lien entre les troubles neurologiques évoqués par Paul François et le Lasso n’est pas établi. Ça ne peut pas exister », a affirmé Ève Duminy, une des avocates du groupe d’agrochimie, avant d’ajouter : « Il n’ y a aucun témoin direct de ce qui s’est passé, il n’y a pas de preuve pertinente. » Par ailleurs, « tous les maux dont s’est plaint Paul François, pendant des mois et des années après l’inhalation sont impossibles, ils ne peuvent pas exister », a-t-elle ajouté.

François Lafforgue, avocat de l’agriculteur, a lui mis en cause la fiabilité des experts médicaux cités par Monsanto. « Paul François aurait pu mourir ce jour-là », a-t-il conclu en détaillant la fiche toxicologique du produit, dont aucune mention n’était faite sur l’étiquette du produit.

Le délibéré a été fixé au 11 avril.

« On va peut-être perdre contre Monsanto, mais j’ai depuis converti mon exploitation de 200 hectares en agriculture biologique et c’est ça, la vraie victoire », s’est félicité Paul François. « Cette affaire m’a amené à ouvrir les yeux et à passer à une autre agriculture. J’ai repris ma liberté d’agriculteur. »



Lire aussi : Décision historique : pour la première fois un agriculteur fait plier Monsanto


6 avril 2020
Face à la chute des cours du pétrole, l’État prêt à soutenir le parapétrolier Vallourec
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Le mois de mars 2020 figure parmi les plus chauds jamais enregistrés
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Amazon mis en demeure par l’Inspection du travail
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Plan de relance : 250 organisations dénoncent le lobbying de l’aviation
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Un incendie près de Tchernobyl provoque une forte hausse de la radioactivité
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
L’enquête publique sur un grand projet autoroutier maintenue malgré le confinement
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Dividendes : de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Un cinquième indigène amazonien Guajajara assassiné au Brésil en quatre mois
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Du sang de ver marin pourrait soigner des malades du Covid-19
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
La COP26 sur le climat reportée à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Pesticides

3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
6 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État met en place la société de contrôle
Enquête
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - À Mayotte, le coronavirus s’installe dans un département sinistré
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Pesticides