Selon des médecins, Adama Traoré pourrait être mort à cause des conditions de son interpellation

Durée de lecture : 2 minutes

14 mars 2019



Alors que la justice a fait savoir qu’elle s’apprêtait à clore l’instruction sur « l’affaire Adama Traoré », mort en juillet 2016 sur le sol de la gendarmerie de Persan (Val-d’Oise), la famille du défunt a fait réaliser une contre-expertise médicale, à ses frais, qui vient bousculer les précédentes études établies sur les causes du décès.

Ce rapport, rédigé par quatre professeurs de médecine interne issus de grands hôpitaux parisiens et que Le Monde a pu consulter, écarte la théorie d’un décès dû à la condition médicale d’Adama Traoré. Ils appellent la justice à réexaminer les conditions d’arrestation du jeune homme, dont la mort a provoqué un mouvement contre les violences policières.

Le précédent rapport, rendu le 14 septembre 2018 par quatre experts désignés par le juge d’instruction, excluait l’action des forces de l’ordre, expliquant que le jeune homme qui avait couru pour échapper à un contrôle d’identité était mort à la suite d’un « syndrome asphyxique » causé par une conjonction des maladies qu’il présentait.

Cette conclusion, à propos d’un jeune homme sportif, ne tient pas, selon les quatre médecins sollicités la famille Traoré. Ils affirment que la condition médicale préalable d’Adama Traoré ne peut pas être la cause de la mort.

Selon eux, il existe des explications plus logiques, à commencer par celle d’une « asphyxie mécanique », due aux méthodes d’interpellation. Ils soulèvent que les différentes auditions permettent de constater que le jeune homme a notamment reçu le poids des trois gendarmes sur son corps.

Cette contre-expertise pourrait relancer l’enquête judiciaire. La famille d’Adama Traoré demande notamment que les gendarmes soient à nouveau entendus, et qu’une reconstitution sur les lieux de l’arrestation soit réalisée.





Lire aussi : Assa Traoré : « Face aux violences policières, la France doit se lever et dire non »


19 octobre 2020
A Montpellier, une Maison des résistances contre un projet routier
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
"Nous refusons le couvre-feu", écrivent des « cerveaux non disponibles »
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
Les professionnels de plus en plus exposés aux rayons ionisants en France
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
Les sans-papiers en marche vers l’Élysée
Lire sur reporterre.net
15 octobre 2020
Les gendarmes ont expulsé la Zad du Village du Peuple, près de Saint-Nazaire
Lire sur reporterre.net
14 octobre 2020
Première action du collectif La Ronce contre les lobbies du sucre
Lire sur reporterre.net
14 octobre 2020
L’expansion du commerce en ligne pourrait détruire plus d’un million d’emplois aux États-Unis
Lire sur reporterre.net
13 octobre 2020
Le gouvernement interrogé à l’Assemblée nationale sur les masques toxiques
Lire sur reporterre.net
13 octobre 2020
Total : des salariés ont bloqué la raffinerie de Grandpuits
Lire sur reporterre.net
13 octobre 2020
La Zad de Roybon expulsée par les forces de l’ordre
Lire sur reporterre.net
13 octobre 2020
Les catastrophes naturelles ont doublé en 20 ans sous l’effet du réchauffement climatique
Lire sur reporterre.net
13 octobre 2020
Les députés examinent un budget 2021 « décevant d’un point de vue écologique »
Lire sur reporterre.net
13 octobre 2020
Les citoyens de la Convention climat demandent un « engagement formel » à M. Macron
Lire sur reporterre.net
13 octobre 2020
EDF assigné en justice pour ses activités au Mexique
Lire sur reporterre.net
12 octobre 2020
Des aides publiques massives pour le CAC40, sans contrepartie
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Libertés
12 octobre 2020
Les voitures SUV roulent à contresens de l’histoire
Enquête
19 octobre 2020
A Grenoble, les jardins de la discorde
Info
17 octobre 2020
On traite les pauvres comme on traite la nature : mal
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Libertés