Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Transports

Selon la CGT, des wagons du train Perpignan-Rungis vont être détruits

Le gouvernement avait promis un retour du train des primeurs Perpignan-Rungis ? Il semble plutôt qu’il aura droit à un enterrement discret : selon la CGT des cheminots de Perpignan, plusieurs wagons du train de fret entre le sud de la France et l’Ile-de-France s’apprêtent à être détruits, ce vendredi 19 juin.

« Alors que Jean-Baptiste Djebbari promettait un retour du train le 1er novembre, il n’a jamais roulé, a réagi Thomas Porte, dirigeant national du PCF, cheminot et syndicaliste CGT. Pire, le 19 juin, un convoi de 33 wagons frigorifiques qui permettaient de transporter des fruits et légumes vont être détruits. Scandaleux ! »

« C’est bel et bien l’avenir du transport ferroviaire qui se joue aujourd’hui », ajoute de son côté la CGT. Qui poursuit : « Au-delà des problématiques environnementales et sociales, la crise du Covid-19 aura permis de mettre en avant l’intérêt stratégique de ce mode de transport. Le transport fret ferroviaire est nécessaire et indispensable au maintien de l’économie et de l’industrie tant au niveau national que local. »

En novembre dernier, au Sénat, le secrétaire d’État en charge des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, promettait au sénateur du Val-de-Marne, Pascal Salvodelli (PCF) : « Nous [le gouvernement] travaillons en ce sens depuis plusieurs semaines avec affréteurs, les acheteurs, la SNCF réseau, les deux marchés et la région Occitanie pour rendre viable le modèle économique de ce train. »

Contacté par Actu Val-de-Marne, le ministère de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, n’avait pas encore réagi à cette information, jeudi 18 juin à midi.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende