Six indigènes massacrés dans l’attaque d’une réserve au Nicaragua

Durée de lecture : 2 minutes

4 février 2020



Environ 80 hommes armés ont attaqué jeudi 30 janvier une communauté Mayangna dans une réserve naturelle nicaraguayenne isolée, tuant par balles six indigènes et en kidnappant dix autres. Le lieu de l’attaque se situe à environ 500 km au nord de la capitale, Managua, au cœur de la réserve de biosphère de Bosawás, la deuxième plus grande forêt tropicale des Amériques après l’Amazonie.

Larry Salomon, un avocat mayangna, a expliqué que les pillards sont des « colons » étrangers à la région, et que l’attaque est liée à des conflits fonciers. « Ils veulent nos terres pour l’élevage et pour le bois de nos forêts », a-t-il déclaré à l’agence Reuters.

L’agressivité s’est accrue au cours de la dernière décennie entre les communautés autochtones du Nicaragua et les colons qui se déplacent vers les terres du peuple mosquito du Nicaragua, à la recherche de terres bon marché et fertiles, ainsi que de bois et d’or.

Larry Salomon a déclaré qu’une troupe réunissant l’armée nicaraguayenne, la police et le gouvernement municipal était en route vers la réserve pour enquêter sur l’attaque.

Avec environ 30.000 personnes réparties à travers le pays, les Mayangna ne représentent qu’environ 0,5 % de la population du Nicaragua. Depuis 2014, ils sont assiégés par des groupes armés qui s’emparent peu à peu de leurs terres. L’année dernière, leur chef a déclaré que son peuple était confronté à un risque vital : « Ils nous exterminent petit à petit et l’État ne fait rien », a déclaré Gustavo Lino, le plus haut dirigeant mayangna.

Le Nicaragua avait été un chef de file mondial dans l’octroi de droits fonciers aux peuples autochtones, qui ont acquis, en 1987, leur autonomie sur leurs terres ancestrales. Une loi a été introduite en 2003 pour leur permettre de demander des titres fonciers. Mais les communautés autochtones ont récemment critiqué le gouvernement, qui n’en fait pas assez pour les protéger eux, et leur mode de vie.

La réserve de biosphère de Bosawás, réputée pour sa biodiversité, est un trésor d’espèces rares et menacées qui abrite l’une des dernières populations mondiales de tapir de Baird et de singe araignée d’Amérique centrale.

  • Source : ES avec The Guardian
  • Photo : Dans la réserve de biosphère de Bosawás. Wikipedia (Rebecca Ore/CC BY-SA 3.0)





2 juillet 2020
Le reporter Stéphane Trouille est condamné à huit mois fermes en appel
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
La justice relaxe un militant anti-pub
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
La Commission européenne demande à la France de mettre fin à la chasse illégale
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
Trop des substances préoccupantes dans les crèmes solaires pour enfants
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
Le Conseil d’Etat valide l’urbanisation du Triangle de Gonesse
Lire sur reporterre.net
2 juillet 2020
L’exploitation des forêts s’accroît de manière abrupte en Europe
Lire sur reporterre.net
1er juillet 2020
L’Autorité de régulation censure une pub pour un vélo qui critique les pollutions de l’automobile
Lire sur reporterre.net
1er juillet 2020
L’avenir des trains de nuit attendra la fin de l’été
Lire sur reporterre.net
1er juillet 2020
Élisabeth Borne confirme le report de l’interdiction du glyphosate
Lire sur reporterre.net
30 juin 2020
EDF abandonne son projet de piscine nucléaire à Belleville-sur-Loire, selon un élu
Lire sur reporterre.net
30 juin 2020
Des députés proposent des quotas individuels de carbone pour limiter les trajets en avion
Lire sur reporterre.net
29 juin 2020
Le conseil d’administration de Polytechnique valide un projet de centre de recherche de Total
Lire sur reporterre.net
29 juin 2020
Train des primeurs Perpignan-Rungis : les wagons ne seront pas détruits
Lire sur reporterre.net
29 juin 2020
Convention climat : Emmanuel Macron promet un projet de loi et 15 milliards d’euros supplémentaires
Lire sur reporterre.net
27 juin 2020
Un rapport pointe les effets toxiques des gaz lacrymogènes
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    International Libertés
1er juillet 2020
La stigmatisation du « bobo » tente de disqualifier les luttes écologistes
Entretien
20 juin 2020
Pendant le confinement, le braconnage de tortues a explosé à Mayotte... et continue
Reportage
1er juillet 2020
Après le confinement, des élèves expérimentent l’école en plein air
Alternatives


Sur les mêmes thèmes       International Libertés