Stéphane Hessel interdit de parole à l’Ecole Normale Supérieure

Durée de lecture : 1 minute

18 janvier 2011 / SNCS et Snesup

L’auteur de Indignez-vous n’a pu s’exprimer à l’Ecole normale supérieure.


Le mardi 18 janvier 2001, l’École Normale Supérieure devait accueillir une rencontre avec Stéphane Hessel, organisée en solidarité avec les victimes de la répression contre la campagne « Boycott-Désinvestissement-Sanctions, pour le respect du droit international au Proche-Orient ».

Le 10 janvier, la direction de l’ENS a décidé d’annuler la rencontre. Peu après, un communiqué du président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) se félicitait de cette annulation et remerciait la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, qui avait été « contactée en urgence » par son organisation, d’avoir « réagi sans ambiguïté » http://www.crif.org/?page=articles_....

Le Syndicat National des Chercheurs Scientifiques (SNCS) et le SNESUP dénoncent une atteinte grave à la liberté d’expression. Faute, jusqu’à aujourd’hui, de démenti gouvernemental, ils constatent que l’intimidation trouve ses relais dans un Ministère dont une mission première est de garantir l’exercice des libertés.

Le SNCS et le SNESUP-FSU appellent à se joindre au rassemblement « contre la censure et pour le respect des libertés démocratiques », organisé le mardi 18 janvier à 18 heures, place du Panthéon.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Contact : http://www.sncs.fr

Lire aussi : Les voeux de Stéphane Hessel