Treize organisations demandent au ministre de l’Intérieur la dissolution de la cellule Demeter

Durée de lecture : 2 minutes

20 juillet 2020



Douze associations et un syndicat demandent, dans une lettre ouverte envoyée au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, le 17 juillet, la dissolution de la cellule Demeter, créée fin 2019 par son prédécesseur, Christophe Castaner. Cette cellule de renseignement de la gendarmerie nationale est dédiée au « suivi des atteintes au monde agricole ».

Mais elle vise aussi les actions « symboliques » de « dénigrement du monde agricole », dénoncent les associations. Parmi les signataires de la lettre ouverte, on trouve notamment France Nature Environnement, Greenpeace, Attac, Générations futures, LPO, les Amis de la Terre, Pollinis, ou encore le syndicat agricole alternatif la Confédération paysanne.

« Toute association environnementale, tout syndicat ou individu préoccupé par les conséquences néfastes de l’agriculture intensive pour l’environnement et la santé se trouvent menacés de délation et de mesures coercitives », signale Pollinis dans un communiqué. « ​Après quelques mois d’existence, la cellule Déméter a d’ailleurs donné lieu à plusieurs dérapages inquiétants​ : entretien du président de l’association Alertes Pesticides Haute Gironde avec les gendarmes durant une heure sur l’organisation des « États généraux des riverains » ; présence de la gendarmerie lors d’une réunion de préparation d’actions en vue de la « Semaine pour les alternatives aux pesticides » ; convocation à la gendarmerie d’un juriste de l’association Sources et rivières du Limousin pour une interview où ce dernier s’opposait à la construction de serres industrielles... »

Autant d’actions que les auteurs de la lettre ouverte dénoncent comme des « intimidations ». Elles demandent donc la dissolution de la cellule et ont entamé des actions en ce sens : « Extrêmement inquiètes face aux nombreuses dérives possibles d’une cellule de renseignement au mandat flou, reposant sur un partenariat public-prive, des associations environnementales ont déposé un recours devant le tribunal administratif de Paris le 10 avril 2020 afin d’obtenir l’annulation de la convention de partenariat organisant le partage d’informations entre la gendarmerie nationale et deux syndicats agricoles [FNSEA et JA], fervents défenseurs du modèle agricole conventionnel. »

  • Photo : Rassemblement contre la création de la cellule Déméter devant la préfecture du Morbihan, le 30 janvier 2020 (© Reporterre)




Lire aussi : Déméter, la cellule de la gendarmerie qui surveille les opposants à l’agriculture productiviste
THEMATIQUE    Agriculture Libertés
23 novembre 2020
Réforme du Code minier : le gouvernement déroule le tapis rouge aux industriels
Tribune
23 novembre 2020
Plus de béton et moins de lits : en Île-de-France, un nouvel hôpital met en colère les soignants
Enquête
20 novembre 2020
Politique anti-Covid : la France impose, l’Allemagne concerte
Info


Sur les mêmes thèmes       Agriculture Libertés