Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Brève — Agriculture

Des gendarmes se rendent à une réunion de militants antipesticides

Encore un coup de la cellule de renseignement Démétér ? Mercredi 26 février au soir, à Gaillac (Tarn), était organisée une petite réunion de préparation d’actions en vue de la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Mais au lieu des participants attendus, à 18 h 30 pétantes, les deux premiers militants présents sur place ont eu la surprise de voir arriver trois gendarmes.

« La réunion était publique, on l’avait annoncée sur le site Démosphère », explique l’un des organisateurs de la réunion à Reporterre. « Ils nous ont dit qu’ils venaient en simples citoyens se renseigner. Mais ils étaient en uniforme ! » « Ils nous ont expliqué qu’ils voulaient vérifier que ce qu’on organisait ne pourrait engendrer aucun dégât, ont voulu savoir si on prévoyait une manifestation dans la rue et si des agriculteurs seraient présents », raconte la seconde militante présente à l’arrivée des gendarmes. Elle a fait part de son étonnement aux gendarmes, face à cette visite : « Ils nous ont répondu que c’était la procédure dès qu’il y avait une manifestation qui s’organisait. Mais il y a des réunions de lutte toutes les semaines à Gaillac on ne les a jamais vus pointer le bout de leur nez ! »

Reporterre a contacté la gendarmerie de Gaillac. Le Commandant n’a pu confirmer cet événement précis, mais se veut rassurant. « Il ne faut pas qu’ils soient inquiets. C’est dans le cadre du service normal, de la recherche de renseignements », nous a-t-il expliqué.

Les deux militants interrogés, eux, voient là une manifestation de la cellule Déméter. Créée en décembre 2019, elle prévoit que la gendarmerie nationale centralise toutes les « atteintes aux agriculteurs », et vise en particulier les associations critiques des pesticides ou les militants animalistes, comme l’a expliqué Reporterre dans une enquête. Une association de riverains en Gironde, organisant un événement sur la question des pesticides, avait déjà eu droit à pareil interrogatoire. À Gaillac, les militants ont malgré tout maintenu leur événement, annoncé comme étant convivial et festif, pour la Semaine des alternatives aux pesticides.

  • Source : Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire