Une décennie pour tout changer

Durée de lecture : 3 minutes

2 janvier 2020 / Hervé Kempf (Reporterre)

Bonne année, et merci aux lectrices et lecteurs de Reporterre de votre précieux soutien. Il y a du pain sur la planche. Car la question écologique sera vitale dans la décennie qui s’ouvre. Il s’agit de rien moins que d’éviter la catastrophe climatique. Et pour cela... il faut tout changer.

Bonne année, chères et chers amis de Reporterre ! Et un grand merci pour votre soutien continu, fidèle et encourageant. Vous avez répondu avec enthousiasme à notre campagne de Noël. Vos courriels et courriers nous ont autant réchauffé le coeur que vos aides financières.

Grâce à vous, le quotidien de l’écologie démarre l’année avec sérénité et enthousiasme. Et énergie pour accomplir la tâche essentielle que vous nous confiez : informer encore et encore, toujours mieux, sur l’actualité écologique pour placer cette préoccupation vitale au coeur du débat public, de la conscience collective, et de l’action commune.

Bonne année, et bonne décennie. 2020 s’ouvre et cette décennie sera décisive pour l’avenir de l’humanité. Le défi est simple et terrible. Le réchauffement climatique ne cesse de s’intensifier. Selon l’Organisation météorologique mondiale, « 2019 conclut une décennie de chaleur globale exceptionnelle. Les températures moyennes pour la période 2015-2019 et pour la décennie 2010-2019 seront presque certainement les plus chaudes jamais enregistrées. Depuis les années 1980, chaque décennie a été plus chaude que la précédente. »

Les effets en sont déjà catastrophiques, comme on peut le constater avec les incendies géants qui ravagent le sud-est de l’Australie depuis des mois (et sur lesquels nous reviendrons en détail demain). L’image de cette femme fuyant, avec ses enfants, dans un canot, les feux qui ont envahi la côte et son habitation pourrait devenir commune.

Pour éviter la banalisation de ces drames et la plongée de milliards d’humains dans la misère et dans le chaos, il est impératif que la politique, que nos comportements, que nos modes de vie changent. Cela peut aussi se résumer en quelques chiffres, terribles dans leur froideur : pour éviter un réchauffement dépassant 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle (on est déjà à plus 1°C), il faudra réduire les émissions de 15 % par an.

« A partir de 2019, les émissions devront baisser de 15% par an pour que l’on reste en-dessous d’un réchauffement de 1,5°C ».

L’objectif semble inaccessible, la tâche démesurée. Mais c’est bien là l’enjeu essentiel, crucial, qui suppose que dans la décennie se produise un basculement dont nous n’avons pas idée. Il adviendra. L’histoire géologique, biosphérique, va s’imposer à l’histoire humaine qui l’a mise en branle. Il reste que les conditions de ce basculement seront très différentes selon que l’on aura mis tous nos efforts à réduire les émissions — pour limiter le désastre ! — et à transformer la société pour qu’elle entre de façon pacifiée et équitable dans ce nouveau monde.

Tout ceci ne doit pas nous pousser au fatalisme. Au contraire. Ces années décisives déterminent l’avenir et donnent un sens profond à nos existences. Elles s’inscriront dans la lutte. Car cette histoire géologique n’agit pas seule, mais profondément stimulée par les actes des pouvoirs. Tant que MM. Trump, Bolsonaro, Xi Jinping, Macron, et autres potentats chercheront à maintenir le règne des privilégiés, à pousser la croissance au maximum, à mépriser la planète et la justice, les choses iront de mal en pis.

Alors, on baisse les bras devant l’ampleur des problèmes, ou on se bat ? Vous avez la réponse. Partout dans le monde, de Hong Kong à Santiago du Chili, d’Alger à Beyrouth, et de Paris à Marseille ou à Nancy, des millions de gens se lèvent, malgré la peur, malgré la répression, pour affirmer leur espoir et leur soif de vivre libres et dignes. Soyons debout. Et à sa modeste place, avec votre aide, Reporterre accompagnera le vent nouveau qui s’est levé. Ensemble, nous allons faire de cette décennie les années de l’espoir.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Photos :

. chapô : ©Tommy Dessine/Reporterre
. femme fuyant feu à bord d’un canot (Sean Power)
. graphe 1,5°C : Carbon Brief

THEMATIQUE    Politique
18 décembre 2019
PODCAST - Migrations et climat : sortir du scénario catastrophe
Hors les murs
18 janvier 2020
La révolte à l’ère du numérique : nouvelle efficacité, nouvelles faiblesses
À découvrir
17 janvier 2020
Malgré les mégafeux, l’Australie ne rompt pas avec l’industrie du charbon
Info


Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)