VIDÉO - À Bornéo, les centres de soin ne sauveront pas les orangs-outans

Durée de lecture : 3 minutes

7 mai 2018 / Camille Dubruelh (Reporterre)

En danger critique d’extinction, la population des orangs-outans de Bornéo a diminué de moitié en 16 ans. Face à ce drame, les centres de réhabilitation des grands singes se multiplient mais, selon des chercheurs, ils aggraveraient la situation.

  • Réserve de Semenggoh (État du Sarawak, Bornéo, Malaisie), reportage

« Anouar, Analisa, Mas. » Deux fois par jour, à l’appel de leur nom, les orangs-outans descendent lentement des arbres pour se délecter des fruits offerts par les rangers du centre de réhabilitation de Semengoh. Une vingtaine de grands singes peuple cette réserve située dans la partie malaisienne de l’île de Bornéo. Anciens captifs ou orphelins, les orangs-outans sont amenés ici avec l’espoir qu’ils puissent un jour retrouver une vie sauvage.

  • Regarder la vidéo de notre reportage :


« La nourriture que nous leur donnons est un supplément, explique Murtadza, l’un des rangers du centre. Quelques-uns ne sont pas venus manger depuis des années, ce qui est très bon signe puisque cela prouve qu’ils sont redevenus sauvages. » Pourtant, beaucoup de ces orangs-outans ne pourront jamais se débrouiller seuls, même après l’entraînement intensif fourni par les employés du centre.

Cette aide individuelle n’est qu’une goutte d’eau face à la menace qui pèse contre l’espèce. Selon une étude parue mi-février dans la revue scientifique Current Biology, 148.000 orangs-outans de Bornéo ont disparu entre 1999 et 2015, bien plus que ce qu’avaient estimé les chercheurs. Il ne resterait aujourd’hui que 70.000 à 100.000 individus et quelques milliers à peine des deux autres espèces d’orangs-outans connues. Toutes sont classées par l’Union nationale pour la conservation de la nature (IUCN) comme en danger critique d’extinction.

Massacres et destruction de la forêt

Principale cause de la disparition des orangs-outans de Bornéo : la perte de leur habitat naturel, la forêt cédant peu à peu sa place aux plantations industrielles d’huile de palme. Mais ces dernières années, un autre facteur a lourdement pesé : le massacre de la population. Les résultats de l’étude montrent que sur le nombre total d’orangs-outans disparus en 16 ans, 70 % ont été perdus dans des forêts encore intactes. Les grands singes sont tués « pour leur viande, pour alimenter le trafic d’animaux domestiques ou sont encore victimes de conflits avec les humains », notamment lorsqu’ils s’introduisent dans les plantations », explique Maria Voigt, chercheuse à l’institut Max-Planck d’anthropologie en Allemagne et coautrice de l’étude.

Face à ce problème, la chercheuse plaide pour la mise en place de politiques de protection et de prévention efficaces. Par exemple, l’indemnisation des agriculteurs dont les plantations ont été détruites par les orangs-outans pour éviter les représailles ou encore l’application de sanctions dissuasive contre les auteurs de massacres.

Une certitude pour Maria Voigt : les centres de réhabilitation sont loin de constituer une solution adéquate, au contraire. « C’est un piège. Bien sûr que cela fait une différence pour ces orangs-outans, mais c’est très couteux et l’argent serait mieux utilisé pour prévenir ces cas », estime-t-elle.

« Clairement, cette stratégie de protection ne fonctionne pas » 

En effet, selon une étude parue en 2014 dans la revue scientifique Plos One, la réhabilitation réussie d’un seul orang-outan coûte très cher : plus de 44.000 dollars. Un budget considérable, sachant que plus d’un millier d’orangs-outans sont en réhabilitation dans la dizaine de centres que compte l’île de Bornéo.

« Cela permet aux gouvernements de dire que l’on fait quelque chose. Mais la réalité est que, ces 15 dernières années, nous avons perdu plus de 100.000 orangs-outans sauvages contre peut-être un millier seulement réintroduits dans la nature », dit Erik Meijaard, professeur à l’université du Queensland en Australie et coauteur de l’étude. « Clairement, cette stratégie de protection ne fonctionne pas. »

Tout comme Maria Voigt, le professeur dénonce un « business » encouragé par les États. Mis en lumière par les médias et les ONG, les centres de réhabilitation récoltent la plupart des donations internationales, selon ces chercheurs, et ce au détriment de programmes de protection des forêts. Pourtant, rappelle Erik Meijaard, « si nous réglons cette dernière question, nous résoudrons le problème des orangs-outans ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : L’huile de palme reste un agent puissant de la déforestation

Source et vidéo : Camille Dubruelh pour Reporterre

Photo :
. chapô : Théodora, une orang-outan de Bornéo (« Pongo pygmaeus ») femelle de la ménagerie du Jardin des plantes, à Paris, en 2014. Wikimedia (Jiel Beaumadier/CC BY-SA 4.0)

DOSSIER    Animaux Forêts tropicales

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Animaux Forêts tropicales