VIDÉO - Des retraités créent un habitat collectif pour bien vieillir ensemble

Durée de lecture : 2 minutes

11 juin 2018 / Fanny Laemmel (Reporterre)

Dans la périphérie lyonnaise, une vingtaine de retraités ont monté un projet d’habitat partagé sous la forme coopérative. Une façon d’anticiper pour mieux vieillir ensemble. Et ils sont heureux...

  • Vaulx-en-Velin (métropole de Lyon), reportage

Ils sont dix-huit, tous retraités, âgés de 62 à 75 ans. Ensemble, ils ont imaginé un immeuble pour mieux vieillir. L’association Chamarel, à l’origine de ce projet d’habitat participatif, s’est créée il y a neuf ans. C’est le temps qu’il a fallu pour que cet immeuble de seize appartements voit le jour à Vaulx-en-Velin.

Le groupe de retraités a choisi de se constituer en coopérative et de construire le bâtiment en autopromotion, autrement dit, sans promoteur immobilier. Accompagnés par la fédération Habicoop, ils ont appris toutes les étapes de la réalisation d’un immeuble et conçu un habitat sur-mesure. De petits appartements, fonctionnels et adaptables à de futurs handicaps, si besoin, et surtout de nombreux espaces partagés : buanderie, chambres d’amis, atelier de bricolage ou encore salle d’activités. Autant de lieux où l’on mutualise le matériel qui n’encombre plus chaque appartement et où l’on se croise au quotidien. Les coopérateurs y ont emménagé à l’été 2017.

Ici, tout le monde met la main à la pâte. Les habitants se sont constitués en petits groupes pour gérer la vie de l’immeuble : le ménage des parties communes, le jardinage, l’accueil des nombreuses demandes de visite du projet… Autogestion et solidarité font partie des valeurs partagées par le groupe.

VOIR LA VIDEO :

 

 
Le projet vous plait ? Les habitants vous donnent quelques conseils pour vous lancer dans l’habitat participatif, que vous soyez retraités ou non :

  1. Prendre le temps d’échanger sur les valeurs et les envies de chacun. Il n’est pas utile de se connaître avant, mais partager les mêmes valeurs est nécessaire pour avancer ;
  2. Prendre les décisions au consensus et éviter le vote. La procédure risque d’être plus longue, mais les choix s’avèreront plus durables, or vous allez vous lancer dans un projet à long terme !
  3. Ne pas hésiter à se faire accompagner par des professionnels : la fédération Habicoop, si vous êtes intéressés par la forme coopérative ; la caisse de retraite Carsat ou encore les mutuelles de santé si vous êtes retraités. Autant de possibilités de se faire aider dans la conception ou le financement de votre projet.

POUR EN SAVOIR PLUS


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : À La Colombine, un habitat partagé entre personnes ordinaires et en handicap

Source et vidéo : Fanny Laemmel pour Reporterre

DOSSIER    Habitat

THEMATIQUE    Quotidien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info


Dans les mêmes dossiers       Habitat



Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Fanny Laemmel (Reporterre)