VIDÉO – Ils vivent dans une coloc écolo et ils sont heureux

Durée de lecture : 1 minute

7 octobre 2017 / Fanny Laemmel (Reporterre)

Près de Paris, ils sont huit à vivre en colocation depuis 2013. L’originalité de leur projet : il est écolo, c’est-à-dire que l’on veille autant à sa consommation d’eau et d’énergie qu’à la convivialité.

Ils sont huit : Adeline, Benjamin, Julie, Jonathan, Ludovic, Morgane, Romain et Younes, et vivent ensemble dans une colocation écolo. Depuis 2013, une grande maison de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) est leur domicile commun, qu’ils veulent en accord avec un mode de vie écologique. À seulement vingt minutes de RER du centre de Paris, le dépaysement est complet. Bordé d’un côté par la Seine et de l’autre par la ligne D du RER, l’imposante bâtisse est nichée au milieu de la verdure.

Potager et compost sont évidemment au programme de cette coloc écolo, qui a aussi expérimenté le poulailler et les toilettes sèches dans le jardin. On veille à la réduction de déchets, mais aussi aux dépenses en énergie (eau, électricité). Des « référents » prennent en main la gestion de chaque domaine : potager, bricolage, compta, ménage ou encore « suivi conso », mais tous sont coresponsables du bon déroulement de la vie collective. Et l’ouverture vers l’extérieur occupe une place importante : la colocation accueille souvent des événements militants, comme ce fut le cas pendant la COP21. Une rencontre intercolocations écolo est en prévision.

Pour découvrir cette coloc écolo en image, regardez le reportage vidéo :

Pour en savoir plus et peut-être se lancer, téléchargez le guide de la colocation écologique et solidaire réalisé par Les Colibris et Ekolok.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : VIDÉO - Ils vivent dans une « tiny house »... et ils sont heureux

Source : Fanny Laemmel pour Reporterre

DOSSIER    Habitat

21 novembre 2019
Dans le Nord, des élus locaux promeuvent le béton et l’étalement urbain
20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?
22 novembre 2019
Les Hauts-Alpins mobilisés pour le sauvetage de la ligne ferroviaire Grenoble-Gap


Dans les mêmes dossiers       Habitat





Du même auteur       Fanny Laemmel (Reporterre)