VIDEO - Les manifestants de Bar-le-Duc contre les déchets nucléaires rejettent le débat public

Durée de lecture : 1 minute

18 juin 2018 / Sébastien Bonetti (Reporterre)

Plus de 2.500 personnes se sont retrouvées à Bar-le-Duc, dans la Meuse, pour manifester leur refus du projet de stockage de déchets nucléaires Cigéo. Les associations ont annoncé leur rejet du débat public prévu à l’automne et l’organisation de débats « autogérés ».

Samedi 16 juin, une manifestation était organisée à Bar-le-Duc, dans la Meuse, pour marquer la vivacité de l’opposition au projet de poubelle nucléaire de Cigéo, à Bure. De nombreux ateliers et débats se sont tenus le matin, avant que la manifestation, rassemblant plus de 2.500 personnes, parcoure les rues et les quais de la cité de 15.000 habitants. Quelques dégradations d’entreprises supposées liées à l’Andra ont été commises, entraînant quatre interpellations par les CRS et gendarmes.

Le Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs (CEDRA), les élus de l’Eodra, ou les Chouettes-Hiboux de Bure, organisateurs de la manifestation, ont décidé à la suite des discussions de boycotter le débat public qui sera lancé sur la gestion des matières et déchets radioactifs à la rentrée. Un appel a été lancé à la mise en place de débats « autogérés ». Une semaine d’action est prévue à partir du 3 septembre.

VOIR NOTRE REPORTAGE VIDÉO


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Des opposants aux déchets nucléaires jugés sous haute surveillance policière

Source : Sébastien Bonetti pour Reporterre

DOSSIER    Déchets nucléaires

20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires





Du même auteur       Sébastien Bonetti (Reporterre)