Victoire de l’environnement à Roybon : le projet de Center Parcs est recalé par le tribunal

Durée de lecture : 3 minutes

17 juillet 2015 / Clémentine Méténier (Reporterre)

Le tribunal administratif de Grenoble a annulé jeudi 16 juillet l’arrêté qui permettait de déroger à la loi sur l’eau. Les travaux du Center Parcs de Roybon ne peuvent pas reprendre.


- Grenoble, correspondance

Cette fois-ci, le projet de construction du Center Parcs de Roybon est bel et bien suspendu. Jeudi 16 juillet, le tribunal administratif de Grenoble a annulé l’arrêté préfectoral déposé le 3 octobre 2014 par la Préfecture de l’Isère qui autorisait le projet de construction au titre de la loi sur l’eau. Cette décision rend illégale la poursuite des travaux dans la forêt de Chambaran (Isère). Elle va dans le sens de celle rendue par le rapporteur public en charge du dossier, le 2 juillet dernier.

- Télécharger la décision du tribunal administratif :

En effet, ce dernier estimait que les mesures proposées par le groupe Pierre et Vacances pour compenser les dommages environnementaux du chantier n’étaient pas suffisantes. Il demandait au tribunal administratif « l’annulation totale, immédiate et rétroactive » de l’arrêté du 3 octobre. C’est donc chose faite avec l’avis rendu par le tribunal. Un seul des deux arrêtés préfectoraux mis en cause par les opposants au projet (associations écologistes, habitants, pêcheurs), celui relatif à la loi sur l’eau, a toutefois été annulé ; l’autre recours, engagé contre l’autorisation de destruction d’espèces protégées, a en effet été rejeté.

« Les dommages écologiques seraient énormes »

Malgré ce rejet, cette décision est bel et bien ressentie comme un succès par les opposants. Pour le porte-parole de la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature), « c’est une victoire ». Il s’agit même « d’une remise en question du modèle des Center Parcs », estime Benoît Hartman, porte-parole de France Nature Environnement. « Est-il nécessaire d’artificialiser la nature pour la faire aimer ? Préférons l’éco-tourisme qui valorise le patrimoine naturel et culturel de la France sans le détruire. »

Les pêcheurs ont également leur mot à dire. Christian Brély, président de la Fédération de la Drôme pour la pêche, réagit : « En accord avec notre mission de défense des milieux aquatiques, nous avons toujours dit que ce lieu n’était pas le bon et que les dommages écologiques seraient énormes. Nous avons été les premiers à alerter et à emprunter des voies légales il y a plus dix ans. »

Au cœur de la forêt de Chambaran, il s’agit de construire 990 habitations autour d’une « bulle tropicale » d’au moins 200 hectares.

Dans la forêt des Chambaran

De son côté, le groupe Pierre et Vacances, « convaincu du bien-fondé économique et environnemental du projet sur lequel il est engagé depuis sept ans », déclare vouloir faire appel. L’association de soutien Vivre en Chambaran, quant à elle, ne désarme pas. Pour son président Christian Lucciani, « le projet verra le jour car c’est une question de survie pour ce village ». Selon lui, le rejet du deuxième recours concernant les espèces protégées pourrait permettre de continuer le défrichement, déjà réalisé sur 40 des 80 hectares de forêt concernés. Mais, dit M. Lucciani, « la saison n’est pas appropriée et le défrichement ne pourrait reprendre que pendant l’hiver ». Une analyse contredite par Stéphane Peron, de l’association Pour les Chambaran sans Center Parcs : « Le défrichement est normalement interdit à l’issue de cette décision, tout est lié, car un défrichement aura une atteinte sur les zones humides. »

Sur place, le chantier de destruction est à l’arrêt et les zadistes occupent toujours la maison forestière dite "La Marquise", échappant à l’évacuation de la zone qu’avait annoncée Jean-Paul Bonnetain, préfet de l’Isère.

Depuis le 15 juillet, un festival bat son plein à La Marquise, sous le thème "Enracinons la résistance".


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le dossier de Roybon et de Center Parcs

Source : Clémentine Méténier pour Reporterre

Photos : © Andrea Barolini/Reporterre



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Center Parcs et Roybon

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Center Parcs et Roybon