Faire un don
19333 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
24 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Vous ne nous écraserez pas

Durée de lecture : 5 minutes

19 mai 2018 / par kempf

C’est un rude coup qu’ont encaissé la Zad et tous ses soutiens. Mais les idées qu’elle incarne, son expérience passionnante, sa promesse d’une contre-société pour demain n’ont pas été abattues. Et c’est pourquoi la lutte continue, bien vivante.

C’est bien un très sévère coup sur la tête qu’ont pris les habitantes et habitants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes et toutes celles et ceux qui savent ce qui se joue là : entre lundi 9 avril et vendredi 18 mai, une intervention de plus de 2.000 gendarmes, armés de véhicules blindés, drones, hélicoptères, grenades, fusils, grues, caméras, et tutti quanti ont dévasté la nature, blessé les corps, meurtri les âmes. En avril, les militaires ont déchaîné une violence inédite, causant des centaines de blessés. Début mai, sous cette contrainte, la majorité des habitants ont déposé des projets de régularisation de leurs activités - veillant à les lier entre elles — auprès de la préfecture. Les 17 et 18 mai, les gendarmes sont revenus détruire des habitats précisément ciblés. Au final, une impression de gâchis, de tristesse, d’amertume. Et sous le joug de la force brute d’un Etat aux mains de l’oligarchie, le sentiment de l’impuissance.

Ce qu’il reste de La Freuzière.

Dans les jours et les semaines à venir, les gendarmes — certes en moins grand nombre que durant l’intervention — continueront vraisemblablement à maintenir une pression sur la zone, occupant les voies de communication et menant des incursions ici ou là. Au niveau de la préfecture, le gymkana épuisant de négociation administrative se poursuivra pendant de longs mois, sous la pression d’une partie de la profession agricole et du conseil départemental.

Au total, environ 40 habitats sur les quelque 100 que comptait la Zad ont été détruits ou murés, et leurs occupants chassés. En termes monétaires, l’opération a coûté 300.000 € par jour selon une estimation de journalistes de France Inter : environ 100.000 € pour chaque cabane ou habitat détruit !

Ce qui s’est passé est la plus importante opération de « maintien de l’ordre » engagée depuis 1968. Avec, pour la première fois depuis encore beaucoup plus longtemps, l’emploi de moyens militaires, confirmant l’analyse que la guerre civile est engagée à bruit plus ou moins bas.

Le plus impressionnant, et qui apparaîtra nettement avec le recul du temps, est que cette force démesurée a été déployée pour mater quelque… trois cents personnes, qui se revendiquaient paysans, boulangers, brasseurs, charpentiers… ou rien du tout. Quelle menace justifiait-elle une si invraisemblable disproportion des forces ?

L’enjeu apparent était de faire croire que « l’ordre républicain » — une invention de la novlangue macronienne — était « de retour », de satisfaire l’envie de vengeance de tous ceux qui rêvaient d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, de tenter de persuader tous les mouvements sociaux — réprimés par ailleurs — que l’État des riches ne lâcherait rien, d’affirmer la position autoritaire de M. Macron.

Mais la machine macronienne est suffisamment puissante et maîtresse des médias pour avoir pu choisir entre plusieurs options. Elle aurait pu enterrer discrètement le dossier Notre-Dame-des-Landes, si elle l’avait voulu. Et peu de monde y aurait à vrai dire prêté garde, de la même manière qu’après le drame de Sivens, la gestion du lieu s’est continuée par des commissions et réunions de négociation des « acteurs » sans qu’on en entende plus parler à l’échelle nationale.

M. Macron et ses gendarmes n’ont pas détruit l’esprit de résistance, l’imagination, la rébellion contre leur monde sinistre

Si l’étalage spectaculaire de la force brutale a été choisi, c’est parce qu’il y a un enjeu de fond à Notre-Dame-des-Landes, une bataille idéologique, un enjeu de conquête des esprits. Ce que dit la Zad — non seulement ses habitant(e)s, mais toutes celles et ceux qui la soutiennent, viennent la visiter, participent de loin à sa vie et à son esprit —, c’est qu’il est possible de vivre autrement : en respectant la nature, dans la sobriété, sans rapport de domination. C’est-à-dire le symétrique opposé de ce que défendent MM. Macron, Philippe, Collomb et Hulot : une société destructrice de la nature, promouvant la croissance, ancrée dans l’inégalité.

Autrement dit, la Zad est une contre-société qui expérimente ce que sera la société de demain, quand les dits Macron et compagnie auront sombré dans les poubelles de l’histoire. Une contre-société stimulante, séduisante, et roborative, bien plus que la start-up nation qui enchaîne ses adeptes à des écrans d’ordinateur dans un univers artificiel. Voilà pourquoi il fallait la détruire, dans l’effort pour défendre un ordre insupportable, comme il faudrait détruire l’opposition aux Center Parcs de Roybon et du Jura, au Grand contournement de Strasbourg, à l’A 45, au projet Cigéo de Bure, à Europacity, etc.

Mais voilà aussi pourquoi la force n’a pas défait ce qui constitue le cœur brûlant de la Zad : M. Macron et ses gendarmes ont blessé, détruit, ravagé, meurtri, mais ils n’ont pas détruit l’esprit de résistance, l’imagination, la rébellion contre leur monde sinistre. Un monde où le plastique empoisonne les océans, où le béton recouvre les champs et les forêts, où la machine brise les vies et multiplie les chômeurs, où l’argent volé à la société est planqué dans les îles Caïman ou au Luxembourg.

On a pris un coup sévère sur la tête. Mais on est vivant, debout, et bientôt plus gaillard que jamais. Pour l’écologie, maintenant, il faut se battre.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Photos :
. chapô : Jo99
. La Freuzière : Télé Nantes

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

7 décembre 2019
VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »
Entretien
6 décembre 2019
Mobilisation contre les retraites : « Le 5 décembre n’est qu’une étape »
Reportage
7 décembre 2019
Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Info


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Du même auteur       kempf