Xavier Beulin, patron du trust Avril et de la FNSEA, est décédé

Durée de lecture : 2 minutes

20 février 2017 / par Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)

Xavier Beulin est décédé dimanche 19 février à l’âge de 58 ans. Il portait la double casquette de président de la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, et de président du groupe agroalimentaire Avril-Sofiprotéol.

  • Rennes, correspondance

C’est la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) qui a annoncé la nouvelle dimanche 19 février par un communiqué : « C’est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès de Xavier Beulin. L’agriculture perd un grand homme. » À quelques jours de l’ouverture du Salon de l’agriculture, les politiques saluent son engagement et sa détermination. Sur les réseaux sociaux, d’autres réactions émergent, soulignant les conflits d’intérêt auxquels était confronté cet homme aux multiples casquettes.

Président du syndicat depuis 2010, il avait annoncé fin janvier sa candidature pour un troisième mandat, lors des élections du syndicat prévues fin mars, à Brest.

Céréalier au costume impeccable, Xavier Beulin avait plus l’allure d’un homme d’affaires que d’un agriculteur. Premier président de la FNSEA à ne pas être éleveur, il incarnait un changement de cap, celui de l’industrialisation de l’agriculture française. Une vision agricole diamétralement opposée à celle de la Confédération paysanne, comme le montrait l’entretien croisé qu’il avait eu avec Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération.

Xavier Beulin, « l’homme aux mille bras »

La position de M. Beulin était controversée : dirigeant le premier syndicat agricole de France, il était également à la tête du groupe Avril-Sofiprotéol, numéro un mondial des huiles (Lesieur, Puget), mais aussi les œufs Matines, et de nombreuses autres activités agro-industrielles. Un groupe pesant, en 2013, 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Quels intérêts M. Beulin défendait-il ? Ceux des paysans, ou ceux de l’agro-industrie ? Ses multiples responsabilités lui donnaient un poids déterminant dans l’évolution de l’agriculture française, le rendant capable de dicter sa politique au ministre de l’Agriculture.

D’un côté, il affirmait son soutien aux agriculteurs et aux éleveurs endettés. De l’autre, il faisait l’éloge de l’industrie agricole. Cette contradiction avait fini par soulever la critique des exploitants agricoles venus à Paris, en septembre 2015, avec près de 2.000 tracteurs des quatre coins du pays pour réclamer un plan d’aides financières. Alors qu’il venait en tribune expliquer ce qu’il avait obtenu au ministère de l’Agriculture, les manifestants l’avaient hué.

Pour mieux connaître le parcours de cet homme d’affaires, Reporterre vous invite à replonger dans l’enquête en cinq volets que nous lui avions consacrée en 2015, et qui avait fait connaître largement les intérêts divers du président de la FNSEA.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La grande enquête sur le maître caché de l’agriculture française

Source : Julie Lallouët-Geffroy pour Reporterre

Illustrations :
. Xavier Beulin en 2015. © Romain Guédé/Reporterre
. dessin : © Tommy Dessine/Reporterre

THEMATIQUE    Agriculture
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage


Sur les mêmes thèmes       Agriculture



Du même auteur       Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)