Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefPêche

3 poissons sur 4 sont surpêchés en Méditerrannée et mer Noire

Des maquereaux, illustration.

La Méditerranée sera-t-elle bientôt une mer morte ? La dernière édition du rapport sur « la situation des pêches en Méditerranée et en mer Noire », publiée ce mercredi 7 décembre, dresse un tableau bien sombre : près des trois-quarts – 73 % – des poissons et crustacés sont encore surexploités. Cette pression, « quoique moins forte que dans le passé », précise le rapport, « reste le double de ce qui est considéré comme durable ».

Ces chiffres émanent de la très officielle Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). « La Méditerranée et la mer Noire comptent parmi les régions de pêche les plus surexploitées au monde, mais nous y observons également un fort engagement dans la gestion efficace des ressources ces dernières années », a souligné Miguel Bernal, nouveau secrétaire exécutif de la CGPM, dans un communiqué.

Certaines espèces ont ainsi vu leur sort s’améliorer : le merlu européen en Méditerranée, le turbot en mer Noire ou la sole commune en mer Adriatique ont été moins surpêchés. Le fruit de plans de gestion « efficaces » – avec, entre autres, la mise en place de quotas – et de création de zones réglementées – où la pêche est encadrée.

Dauphins, requins et tortues d’eau, victimes accidentelles de la pêche

D’autres espèces se portent en revanche toujours aussi mal, comme les crevettes bleues et rouges. Dauphins, requins et tortues d’eau font également les frais de la pêche, en étant capturés « accidentellement » dans les filets.

À l’échelle de la France, 56 % des poissons pêchés ont été exploités de manière durable, selon le bilan de l’Ifremer publié en février dernier. Dans l’Hexagone aussi, la surpêche reste importante, et risque de provoquer un effondrement de certaines populations.

Selon la CGPM, 85 300 navires pêchent en Méditerranée et en mer Noire, et capturent près de 1,2 million de tonnes de poissons et emploient un demi-million de personnes.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront des avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende