Alerte biodiversité : le vivant s’effondre

Durée de lecture : 6 minutes

29 avril 2019 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Ce lundi 29 avril s’ouvre à Paris l’assemblée plénière de l’IPBES. Ce « Giec de la biodiversité » publiera un rapport inédit sur l’état de la biodiversité mondiale : il confirme la disparition rapide d’un grand nombre d’espèces et souligne en creux la responsabilité du modèle de développement actuel. Les États sont appelés à agir.

Depuis quarante ans, 60 % des populations de vertébrés ont disparu. Poissons, mammifères, reptiles, amphibiens « n’ont jamais décliné à un rythme si rapide, qui est aujourd’hui cent à mille fois supérieur que celui calculé au cours des temps géologiques », s’alarmait l’an dernier le WWF. Mais il ne fait pas bon avoir six pattes non plus : d’après une étude publiée début 2019, les insectes pourraient disparaître d’ici un siècle. Où que l’on regarde, les signaux sont au rouge. La biodiversité — qui recouvre la diversité des écosystèmes, des espèces animales ou végétales et des gènes — est si menacée que l’on parle désormais d’une possible sixième extinction de masse.

« Il existe aujourd’hui un consensus scientifique sur le fait que nous vivons une crise générale de la biodiversité et un effondrement universel, rapide et qui s’accélère », affirme Yann Laurans, directeur du programme biodiversité de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri). Un consensus alarmiste qui ressort du rapport sur « l’état de la biodiversité mondiale », à paraître lundi 6 mai. Pendant trois ans, près de 500 chercheurs réunis au sein de l’IPBES — acronyme désignant la « plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques » — ont compilé, analysé et synthétisé l’ensemble des connaissances sur le sujet. Le fruit de leur travail, c’est donc cette étude « historique », selon M. Laurans, comparable au dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) pour le climat.

Peu d’éléments ont fuité de ce rapport — qui estimerait qu’entre 500.000 et 1 million d’espèces pourraient disparaître dans les prochaines décennies — car le travail des scientifiques doit d’abord être passé au crible des 130 États représentés. Du lundi 29 avril au lundi 6 mai, dans les bâtiments de l’Unesco à Paris, se tient la septième assemblée plénière de l’IPBES. À cette occasion, « les gouvernements vont critiquer et commenter certains résultats, certains chiffres », explique Yunne Shin, chercheuse à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), et coordinatrice d’un des chapitres de l’évaluation. À l’issue de ces discussions, un « résumé des décideurs » sera adopté, qui servira de guide pour les politiques. L’an prochain aura en effet lieu en Chine une COP de la biodiversité. Un sommet crucial, d’après Arnaud Gauffier, du WWF, car « nous n’avons pas d’engagements forts des pays en faveur de la préservation et de la restauration des espèces et des écosystèmes ». Adoptés en 2010, les objectifs d’Aïchi, qui ambitionnaient un maintien de la biodiversité, ne seront pas atteints… et surtout, ils prendront fin en 2020.

« Si la fondation de la cathédrale du vivant s’effondre, tout le monde dégringolera »

« Il faut donc construire un consensus politique sur l’urgence d’agir, et alerter les opinions sur l’état de la biodiversité », estime M. Gauffier. Le rapport de l’IPBES, le premier de cette envergure depuis quinze ans, doit ainsi être un pas décisif dans ce processus. « Disposer d’une base scientifique sur laquelle tous les États se sont accordés, c’est important, note ainsi Hélène Soubelet, de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB). Cela permettra de contrer les “biodiversité sceptiques”, qui nous disent que la technologie va nous sauver. » « Les travaux du Giec ont permis qu’on parle désormais beaucoup des effets délétères du changement climatique, même si ça a mis du temps, dit Yunne Shin. En ce qui concerne la biodiversité, on en reste parfois à l’image des grands animaux à protéger. On voudrait placer l’urgence sur la biodiversité au même niveau que l’urgence climatique. ». Arnaud Gauffier parle pour sa part de « cathédrale de la biodiversité » à protéger : « L’édifice du vivant repose sur des fondations — microorganismes, bactéries, champignons, insectes — relativement invisibles mais essentielles, décrit-il. Si la base s’effondre, tout le monde dégringole. »

Malgré la catastrophe annoncée, malgré les alertes multiples, les décisions peinent à venir. Comme un signe de mauvais augure, ni le président de la République ni le Premier ministre ne seront présents ce lundi pour l’inauguration de la session de l’IPBES à l’Unesco. Pourquoi la disparition des espèces mobilise-t-elle si peu ? « À l’inverse du climat, où l’on dispose d’indicateurs relativement simples comme les tonnes de carbone ou la température, la biodiversité est bien plus difficile à étudier, explique Hélène Soubelet. Il y a plein d’espèces qu’on ne connaît pas, les facteurs de pression sont multiples, et les interactions complexes. »

Un phénomène difficile à étudier et donc difficile à expliquer, à diffuser. Surtout, « préserver la biodiversité implique de changer nos modes de production et de consommation, c’est assez ambitieux, voire altermondialiste », analyse Arnaud Gauffier. Les études scientifiques coïncident sur un point, selon Hélène Soubelet : « Les activités humaines, qu’elles soient extractives, agricoles, de pêche sont les facteurs de pression majeurs. Le changement dans l’utilisation des terres, que ce soit pour les cultiver ou pour les artificialiser, est une des principales causes de perte de biodiversité. » Si nous voulons nous sortir de ce mauvais pas, les solutions technologiques ne suffiront pas, « il faudra changer de comportements, de modèle économique, et de valeurs », insiste M. Gauffier. Même son de cloche du côté d’Hélène Soubelet : « On a dix ans pour agir avant de possibles effondrements écosystémiques en cascade, dix ans pour passer d’un modèle de surconsommation à un modèle de sobriété. » Vaste programme !

« Sans catastrophe majeure, personne ne va prendre la responsabilité de faire perdre de l’argent aux puissants de ce monde »

« Nous avons besoin de nous donner des objectifs sectoriels, comme réduire les pesticides ou favoriser l’agroécologie, avec des chiffres précis, explique Yann Laurans. Mais c’est difficile à faire admettre politiquement, je doute qu’on y parvienne. Les pays sont toujours très sensibles à protéger leurs intérêts nationaux et leurs activités économiques. » Hélène Soubelet se montre encore plus pessimiste : « Sans catastrophe majeure, personne ne va prendre la responsabilité de faire perdre de l’argent aux puissants de ce monde ».

Parmi les points de blocage qui pourraient surgir cette semaine, Arnaud Gauffier met en avant le « partage de la responsabilité » : qui va payer pour la préservation des espèces et la restauration des écosystèmes ? « Ceux qui ont le plus fort impact, la plus forte prédation, ce sont les pays développés, affirme-t-il. Et ce sont aussi eux qui souffrent le moins de la perte de biodiversité, comme la disparition des mangroves ou le déclin des pollinisateurs. »

Autre sujet possible de débat : la reconnaissance des savoirs et des pratiques des peuples autochtones. Dans un communiqué, Jose Gregorio Mirabal, président du COICA (Coordination des organisations autochtones du bassin du fleuve Amazone) a appelé à un « pacte pour la nature » : « En tant que gardiens de 80 % de la biodiversité de la planète, les peuples autochtones doivent jouer un rôle central dans ce pacte, a-t-il précisé. Les gouvernements doivent reconnaître que nos connaissances ancestrales seront essentielles pour assurer notre avenir à tous sur cette terre. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : L’effondrement de la biodiversité met en péril l’alimentation mondiale

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : © WWF
. chapô : des albatros.

THEMATIQUE    Nature
21 novembre 2019
Nous avons visité Milipol, le salon de la répression
21 novembre 2019
Dans le Nord, des élus locaux promeuvent le béton et l’étalement urbain
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais


Sur les mêmes thèmes       Nature





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)