Au Québec, la crise du coronavirus pourrait ouvrir « le grand chantier de l’autosuffisance » alimentaire

Durée de lecture : 7 minutes

31 mars 2020 / Rémy Bourdillon (Reporterre)



« On produit pour l’étranger, on consomme de l’étranger et on fait venir des travailleurs de l’étranger », dit un paysan québecois. La pandémie ouvrira-t-elle le « grand chantier de l’autosuffisance » et des circuits courts ?

  • Rimouski (Québec, Canada), correspondance

Dans les supermarchés du Québec, il faut parfois chercher longtemps pour trouver un légume local : en hiver et au printemps, à peu près tout vient des États-Unis ou du Mexique. Le climat canadien n’est pas le meilleur allié du producteur maraîcher, bien sûr, mais ce sont surtout les accords de libre échange qui ont transformé l’agriculture québécoise au cours des dernières décennies. Exit la saisonnalité de l’alimentation, les importations permettent de manger les mêmes produits frais toute l’année. En retour, la Belle province s’est spécialisée dans quelques productions destinées à l’exportation, comme le porc et le sirop d’érable. Et le taux d’autosuffisance alimentaire y est tombé de 80 % dans les années 1980 à 33 % aujourd’hui…

L’optimiste appréciera la variété d’aliments que la mondialisation procure. Le pessimiste s’inquiétera d’une telle dépendance à des agricultures étrangères en temps de crise, alors que les frontières se resserrent comme jamais on ne l’a vu de notre vivant : 40 % de ce qui est consommé au Québec est produit aux États-Unis ou a transité par ce pays.

Cette situation est-elle viable ? Le président Donald Trump se caractérise par son imprévisibilité et on commence à comprendre le vrai sens de son slogan « America First » (Les États-Unis d’abord) depuis qu’il a tenté de s’accaparer un potentiel vaccin allemand contre le Covid-19. Lorsque le Premier ministre canadien Justin Trudeau a interdit aux voyageurs étrangers l’entrée dans le pays, il a pris soin de faire une exception pour les citoyens américains, de peur que M. Trump riposte par des sanctions économiques — la frontière a par la suite été fermée aux déplacements non essentiels, d’un commun accord entre les deux dirigeants. Jusqu’où le président étasunien pourrait aller si la pandémie ravage son pays, comme les plus récentes prévisions le laissent penser ? Nul ne le sait.

16.000 travailleurs étrangers viennent tous les ans du Mexique ou du Guatemala faire les récoltes au Québec

Le Premier ministre québécois, François Legault, affirme qu’il n’y a pas de risque de pénurie au Québec. Même si l’économie de la province tourne au ralenti, les routiers travaillent encore et peuvent traverser la frontière. « L’approvisionnement alimentaire est intact dans les épiceries », confirme le responsable des communications à l’Union des producteurs agricoles (UPA), Patrice Juneau. Mais ce puissant syndicat, équivalent de la FNSEA — et seul accrédité à représenter les agriculteurs québécois —, a une autre préoccupation ces temps-ci : les 6.000 travailleurs saisonniers qui viennent tous les ans du Mexique ou du Guatemala faire les récoltes au Québec. Une combinaison gagnant-gagnant typique du vieux monde libéral et globalisé qui a pris quelques rides depuis quelques semaines : l’exploitant agricole québecois paie les billets d’avion et l’hébergement, les ouvriers étrangers reçoivent un meilleur salaire que dans leur pays d’origine — tout en restant faible pour le Canada, ce qui permet au consommateur de payer moins cher son alimentation. Quand les frontières ferment, par contre, ça se gâte…

« L’approvisionnement alimentaire est intact dans les épiceries. »

L’UPA a obtenu que les travailleurs latino-américains ne soient pas concernés par la fermeture des frontières du Canada, moyennant l’obligation pour eux de respecter deux semaines de quarantaine à leur arrivée dans la ferme qui les embauche. Mais la pandémie évolue tellement vite qu’on ne peut être certain que toute cette main-d’œuvre viendra : certains risquent de tomber malades ou préféreront rester avec leur famille, leurs pays fermeront peut-être à leur tour leurs frontières… Et ce serait l’effondrement de la production agricole du Québec. À tel point que, comme en France, le gouvernement provincial veut faire appel aux personnes qui ont récemment perdu leur emploi pour aller travailler dans les champs.

C’est un rappel à l’ordre brutal pour les agriculteurs québécois. Jusqu’à présent, c’est surtout le rigoureux hiver canadien qui les perturbait. De nombreuses innovations ont récemment été faites pour cultiver en serre durant les quatre saisons, afin d’améliorer l’autosuffisance alimentaire du Québec sans faire exploser les émissions de gaz à effet de serre. Ici, on a utilisé la biomasse forestière pour produire des tomates en serre, là on a récupéré les émissions de CO2 d’une usine papetière pour faire pousser des concombres… mais même ces cultures modernes recourent à des travailleurs étrangers. Jamais ces derniers n’avaient été vus comme un éventuel facteur limitant.

« On produit pour l’étranger, on consomme de l’étranger et on fait venir des travailleurs de l’étranger »

« On produit pour l’étranger, on consomme de l’étranger et on fait venir des travailleurs de l’étranger », regrette Maxime Laplante, président de l’Union paysanne, une organisation portant la voix de ceux qui se revendiquent de l’agriculture paysanne, et qui fait contrepoids au discours des « conventionnels » de l’UPA. « Alors que la production à plus petite échelle a fait ses preuves de rendement et nourrit actuellement 70 % de la population mondiale, le Québec continue de s’enfoncer dans une dépendance aux marchés mondiaux, ce qui compromet sérieusement la souveraineté alimentaire de nos communautés. »

Des tomates vendues sur le marché Jean Talon, à Montréal.

Si la crise du Covid-19 fait beaucoup de victimes, les petits producteurs et les circuits courts pourraient-ils tirer les marrons du feu ? Sur les réseaux sociaux, de nombreux appels à soutenir les petites entreprises locales circulent, et les agriculteurs de proximité font partie des plus plébiscités. Cette année, plusieurs d’entre eux ont enregistré une hausse marquée des abonnements à leurs paniers de légumes, jusqu’à 60 % dans le cas des Jardins du Village, une ferme de la région de la Gaspésie. Il semblerait donc qu’en période de pandémie, la saine alimentation ait la cote. Le propriétaire Étienne Goyer dit également sentir que quelques clients apprécient l’idée d’avoir un approvisionnement garanti en légumes, peu importe les secousses dans le reste du monde.

Du côté de l’organisme montréalais Équiterre, précurseur de l’agriculture soutenue localement — il a notamment bâti un impressionnant un réseau de « fermiers de famille » — on dit avoir aussi remarqué une augmentation des inscriptions aux paniers de légumes en 2020, mais trop légère pour conclure dès maintenant à un impact « positif » de la crise du Covid-19. « Ce qu’on surveille surtout, c’est qu’il n’y ait pas un effondrement de la courbe du fait de l’impact économique de la crise, dit à Reporterre le directeur des programmes Ryan Worms. Les familles auront-elles toujours les moyens de s’approvisionner sur le marché local biologique ? »

À 500 kilomètres de Montréal, près de la ville de Rimouski, le maraîcher Donald Dubé commence de son côté à compter les pots cassés. Toute sa clientèle de restaurateurs a dû fermer ses portes, et il vient de perdre un gros contrat de plants de jardin. Pour s’en sortir, il lui faudrait une sacrée augmentation des inscriptions à son service de paniers, qu’il ne voit pas poindre pour l’instant. « Cela va emporter beaucoup de fermes », prévoit-il. Mais il préfère regarder vers le futur : « Une fois la crise sanitaire derrière nous, nous devrons ouvrir un grand chantier de l’autosuffisance, qui impliquerait les citoyens. Il faut notamment qu’on produise nos propres semences, ce qu’on ne fait presque pas actuellement : celles que nous utilisons proviennent presque exclusivement des États-Unis et d’Italie. »

À sa grande surprise, M. Dubé a reçu de nombreux CV depuis quelques semaines, de gens ayant perdu leur emploi et voulant réaliser un vieux rêve de travailler dans une petite ferme familiale. Si le Covid-19 emporte tout sur son passage, il semble quand même semer quelques graines pour l’avenir.





Lire aussi : Face au coronavirus, l’entraide se répand en Angleterre

Source : Rémy Bourdillon pour Reporterre

Photos :
. chapô : Réseau des fermiers des familles
. Tomates bonnes : abdallahh / Flickr
. Bleuets, au marché : Jean Talon. Limarie Cabrera / Flickr

DOSSIER    Covid-19

THEMATIQUE    Agriculture International
21 octobre 2020
Les masques distribués par l’État sont-ils toxiques ? — l’enquête de Reporterre
Enquête
12 octobre 2020
Les voitures SUV roulent à contresens de l’histoire
Enquête
17 octobre 2020
« Pour éradiquer la pauvreté, il faut donner de l’argent aux pauvres »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Covid-19



Sur les mêmes thèmes       Agriculture International





Du même auteur       Rémy Bourdillon (Reporterre)