Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Présidentielle

Christiane Taubira, 8e candidature de gauche

L'ancienne ministre de la Justice (2012-2016) Christiane Taubira a remporté la Primaire populaire.

Christiane Taubira a remporté la Primaire populaire le 30 janvier. Le scrutin, qui visait à rassembler la gauche, aboutit à une candidature de plus. Si l’ex-ministre s’est engagée à « appeler » ses concurrents, ceux-ci ne se retireront pas.

C’était au mois de septembre, sur le plateau de France Inter. Interrogée sur sa possible candidature à l’élection présidentielle, Christiane Taubira avait répondu sans détour : « Je ne peux pas venir contribuer à l’éparpillement. » Nous voilà quatre mois plus tard, et l’ancienne ministre de la Justice [1] est pourtant en train d’ajouter de la confusion à la division actuelle.

Dimanche 30 janvier, elle est arrivée en tête de la Primaire populaire. Ce scrutin initié par des citoyens avait pour but de reprendre le contrôle de la politique et de rassembler la gauche désunie. Force est de constater que le but est manqué. Aux sept candidatures déjà déclarées à gauche [2] vient donc s’ajouter celle de madame Taubira, désignée par 392 738 votants.

Les résultats de la Primaire populaire. Le vote s’est fait au jugement majoritaire. © Primaire populaire

Le mode de vote était celui du jugement majoritaire : les participants au scrutin n’ont pas plébiscité une seule personnalité, mais ont attribué des notes à tous les candidats. Christiane Taubira est celle qui a obtenu le plus de mentions « Très bien » (194 037), loin devant l’écologiste Yannick Jadot (84 700) et l’insoumis Jean-Luc Mélenchon (80 482). L’eurodéputé Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne) est arrivé en quatrième position, suivi de la socialiste Anne Hidalgo, l’ex-élue rennaise Charlotte Marchandise et la militante Anna Agueb-Porterie.

« Pas de commentaires à faire »

Au QG de campagne de Christiane Taubira, l’humeur était à la fête. À l’annonce des résultats, ses partisans criaient et chantaient « L’union, dès ce soir ! ». La candidate s’est présentée sur scène quelques minutes plus tard, pour remercier les votants de la Primaire populaire et évoquer longuement des figures de la gauche, de Jean Jaurès à François Mitterrand, en passant par Aimé Césaire. « Nous devons trouver une clé, un chemin, un langage de façon à rassembler les gauches et leurs sensibilités, a-t-elle ajouté. Nous allons nous battre pour le faire. » Sans expliquer davantage comment elle comptait procéder.

Comment imaginer un rassemblement soudain, alors que les autres candidats à l’élection présidentielle répètent depuis des mois qu’ils ne comptent pas se retirer ? Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ont maintes fois dit qu’ils ne voulaient pas participer à la Primaire populaire, qu’ils ne reconnaîtraient pas les résultats du vote, et qu’ils ne croyaient pas à une union de façade. « [Christiane Taubira] a enfilé la chaussure qui a été préparée pour elle, a déclaré Jean-Luc Mélenchon à France 5, quelques heures après l’annonce des résultats. J’ai été inscrit d’office dans une élection à laquelle je ne voulais pas participer. Par conséquent, je n’ai pas de commentaires à faire. »

« Nous devons trouver une clé, un chemin, un langage de façon à rassembler les gauches et leurs sensibilités », a déclaré Christiane Taubira quelques minutes après sa victoire à la Primaire populaire. Capture d’écran du discours de Christiane Taubira, dimanche 30 janvier 2022.

« Ça aurait pu être un moment de rassemblement de toute la gauche pour une candidature unique, mais c’est une candidature de plus », a critiqué Anne Hidalgo sur le même plateau. Réaction similaire du côté de Yannick Jadot, qui a affirmé au 20 heures de TF1 qu’il n’avait « rien » à dire sur ce sujet. La situation ne change rien non plus pour les plus « petits » candidats de gauche — qui n’avaient même pas été sélectionnés par la Primaire populaire — comme Fabien Roussel ou Philippe Poutou.

Pire, la militante Anna Agueb-Porterie, arrivée en dernière position du vote, a annoncé sur Twitter qu’elle ne soutiendrait pas Christiane Taubira et rejoignait la campagne de Jean-Luc Mélenchon. La victoire de l’ancienne garde des Sceaux ne devrait donc pas rebattre les cartes. « Sa responsabilité aurait été de ne pas continuer jusqu’au bout, dit à Reporterre l’écologiste Sandrine Rousseau. Elle a utilisé cet instrument pour créer sa légitimité. On a une candidature de plus, on va dans le mur. »

Un podium inhabituel

Sur les réseaux sociaux, les railleries avaient commencé avant même la proclamation des résultats. « Quel faux suspense », « On sait tous très bien que Taubira va gagner », « Elle est la seule candidate à cette fausse primaire », pouvait-on lire sur le fil de discussion de la retransmission en direct. Une fois les scores affichés, les moqueries se sont tournées vers l’intitulé des mentions (« Bien + », « Passable - », « Insuffisant »...), les internautes estimant que cela ressemblait davantage à un conseil de classe qu’à une primaire.

Mais s’il faut retenir quelque chose de ce scrutin, c’est son décalage avec les résultats des sondages. Christiane Taubira arrive largement en tête, alors qu’elle dépasse habituellement à peine 5 % des intentions de vote. On remarque aussi que Yannick Jadot atteint la deuxième position, quand les études d’opinion placent Jean-Luc Mélenchon devant lui. Anne Hidalgo occupe même la cinquième place, derrière Pierre Larrouturou, jamais cité dans les sondages.

Les résultats sont-ils différents parce que près de 400 000 personnes ont voté à la Primaire populaire, quand 1 000 seulement répondent aux sondages ? Ou les scores sont-ils biaisés du fait de l’inscription massive des partisans de Christiane Taubira et de l’abstention des électeurs écologistes et insoumis ? Les différentes équipes de campagne devront se pencher sur ces questions dans les semaines à venir. Il leur reste moins de 70 jours avant l’élection présidentielle pour convaincre les citoyens et tenter de mettre un terme à la confusion.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende