Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Politique

Cédant à la pétition, Jean Castex ne prendra pas l’avion Falcon au retour du vote

Jean Castex a utilisé un Falcon (ici, un F-RAFB) pour aller voter le 10 avril 2022.

Actualisation du vendredi 22 avril 2022 - Jean Castex ne prendra pas un avion Falcon pour revenir à Paris dimanche 24 avril, après avoir voté à Prades, mais rentrera à bord d’un avion de ligne. C’est ce qu’il a déclaré au journal local L’Indépendant. Une décision stimulée par la pétition signée par plus de 35 000 personnes, et saluée par Charlène Fleury, porte-parole d’Alternatiba pour la baisse du trafic aérien : « À ça de découvrir le train, monsieur le Premier ministre ? », a-t-elle ironisé.


Article du 15 avril 2022 -Jean Castex va-t-il reprendre l’avion pour aller voter ? Une pétition s’en indigne

Renoncera-t-il à l’avion ? Le 10 avril, le Premier ministre Jean Castex s’est rendu à son bureau de vote à Prades (Pyrénées-Orientales)... en jet. Le Falcon gouvernemental a réalisé un aller-retour de Vélizy-Villacoublay (Yvelines) à Perpignan, soit une distance totale de 1 600 kilomètres. Et ce, alors que Jean Castex n’est resté sur place que deux heures.

« Nous avons été surpris, car un tel aller-retour émet environ 5 tonnes de CO2, soit autant qu’un Français pendant six mois », a déploré un collectif de citoyennes et citoyens. Ils ont donc répliqué en lançant une pétition en ligne, pour inciter le Premier ministre à demander une procuration pour les prochaines échéances électorales. En comptant le second tour de l’élection présidentielle, le 24 avril, et les deux tours des élections législatives, les 12 et 19 juin, ce sont 15 tonnes de CO2 qui pourraient ne pas être émises.

« L’urgence climatique demande à chacun de faire des efforts, et [un] Premier ministre ne doit pas être exempté de ces efforts », a poursuivi le collectif. Ils estiment qu’une telle fonction implique un « devoir d’exemplarité », à une époque où le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) affirme qu’il faut infléchir la courbe de nos émissions pour préserver une planète vivable. La pétition a déjà recueilli près de 15 000 signatures.

« J’ai utilisé les règles habituelles qui s’appliquent au Premier ministre, a répliqué Jean Castex, interrogé au micro de RTL. Le Premier ministre doit être à Paris très vite s’il y a le moindre problème. La période est aux polémiques. »

M. Castex utilise l’avion de manière frénétique : Paris-Nantes, Paris-Bordeaux, Paris-Lyon, Paris-Caen... autant de destinations facilement accessibles en train, que le Premier ministre préfère faire en avion. Le Premier ministre avait d’ailleurs signé une circulaire, en novembre 2020, qui restreignait le recours à la flotte publique : la voie aérienne ne devait être autorisée que lorsque le temps de trajet par la voie ferroviaire se trouvait supérieur à trois heures. Cette règle s’appliquait aux membres du gouvernement... mais visiblement pas au premier d’entre eux.

Reporterre a contacté les services du Premier ministre pour savoir s’il allait de nouveau prendre l’avion pour voter le 24 avril. Nous attendons la réponse.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende