Faire un don
80255 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
67 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Contre le terrorisme et pour la planète : paroles d’un musulman écologiste

Durée de lecture : 4 minutes

19 novembre 2015 / Nabil Ennasri (Collectif des musulmans de France)

Dans l’épreuve que la France traverse, il est indispensable de faire preuve d’unité et de se retrouver autour des valeurs républicaines communes, sans hypothéquer les libertés. Mais le « fléau du radicalisme » ne doit pas occulter l’urgence écologique et la nécessité de « préserver les possibilités de la vie sur Terre ».

Nabil Ennasri est président du Collectif des musulmans de France (CMF).

Nabil Ennasri.

Ce que nous vivons actuellement est unique dans l’histoire récente. La France vient de connaître ses pires attaques depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le pays est touché, la nation est en deuil. Face à cette épreuve, nous devons faire preuve d’unité. Un front commun doit rassembler le pays dans un esprit inclusif de dénonciation de ces horreurs, de compassion envers les victimes et leurs familles et de solidarité pour protéger notre avenir.

L’objectif des terroristes, en plus de susciter l’effroi, est de semer la division au sein du peuple français. La stratégie des commanditaires est maléfique puisque, comptant sur l’ampleur de leurs forfaits, ils espéraient qu’une partie du pays en rejette la responsabilité sur ceux qui partagent la même religion que les kamikazes. Ce faisant, cette analogie engendrerait une poussée du discours raciste voire un irréparable passage à l’acte en guise de représailles. Par un enchaînement incontrôlable, on verrait alors certains musulmans se jeter dans les bras, par dépit et frustration, de ces semeurs de haine.

Cette stratégie de « propagande par le fait » a été produite dans l’histoire par plusieurs groupes sectaires et elle a même été théorisée par les idéologues du prétendu « État islamique », dont les pratiques comme les idées ne font que trahir la portée spirituelle du message de l’islam. Elle n’a que peu de chances d’aboutir. En tout cas, il est de notre responsabilité de tout faire pour lui donner aucune chance de voir le jour.

Négocier un virage historique

C’est donc un impératif de rassemblement qu’il nous faut promouvoir. Cet élan permettra à la nation de se retrouver autour de son pacte républicain et de ses valeurs de liberté, d’égalité et surtout de fraternité. Ce discours de convergence et de résistance collective à une épreuve qui a heurté la nation dans toutes ses composantes doit être martelé par tous. Par les autorités et les personnalités publiques qui jouent un rôle central dans le façonnage de l’opinion. Sur ce sujet, il faut saluer la responsabilité d’une large partie de la classe politique, même s’il est désolant de constater que certains ne se sont pas empêchés de récupérer ces crimes pour alimenter des amalgames aussi douteux qu’indécents.

Ce discours doit aussi être relayé par les médias, qui doivent avoir le maximum de scrupules en invitant des personnalités représentatives des différentes communautés et non relayer les figures qui ne bénéficient d’aucune crédibilité de la base. Enfin, par tous les leaders d’opinion, les acteurs associatifs et autres syndicats pour rendre définitivement caduc le spectre de la sédition, qui ouvrirait la porte à toutes les dérives. Sur ces sujets, la communauté musulmane a aussi une large part de responsabilité pour témoigner du sens véritable de son éthique, rassurer une partie de la société qui serait déboussolée face à pareille actualité et être force de proposition pour contribuer à un avenir meilleur.

La France est à la croisée des chemins. Pour résorber le fléau du radicalisme, il y a certes une réponse sécuritaire à apporter. Mais celle-ci, aussi indispensable soit-elle, ne devra jamais se faire au détriment des libertés. La force d’une démocratie, c’est de ne jamais céder à la psychose, en refusant que la panique ne vienne étouffer des droits conquis depuis plus de deux siècles et qui sont le socle de notre identité. En ce sens, les prochains jours et semaines sont déterminants afin de négocier un virage historique.

L’épicentre d’un moment unique

Enfin, si la France est à un moment charnière, le monde a aussi rendez-vous avec l’histoire. La crise du terrorisme ne devrait pas non plus occulter d’autres enjeux qui ont une portée planétaire. En ce sens, si Paris est aujourd’hui la capitale mondiale de la solidarité, elle sera aussi, dans quelques jours, l’épicentre d’un moment unique puisqu’il s’agira, lors de la COP 21, de remettre l’urgence écologique au centre de l’agenda international. Afin de préserver les possibilités de la vie sur Terre et ne pas léguer aux futures générations une planète dont le climat deviendrait chaotique, il ne faudra pas passer à côté de cette dernière occasion pour endiguer un phénomène que la communauté scientifique mondiale considère comme une urgence absolue.

Sur ces deux sujets, l’apport tant philosophique, intellectuel qu’humain des musulmans de France et d’ailleurs est indispensable. Car il s’agit, tout simplement, de se réconcilier avec le cœur même du souffle coranique, qui appelle tant au respect de l’humain, quel qu’il soit, qu’à celui de la création.



Lire aussi : Quelle rencontre entre l’Islam et l’écologie ?

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos :
. Chapô : Flickr (cyril galline/CC BY-NC-ND 2.0)

THEMATIQUE    Libertés Politique
24 juin 2019
6.000 activistes ont neutralisé le charbon allemand
Info
22 juin 2019
Une mobilisation jaune-vert-rouge s’organise contre la privatisation des barrages
Enquête
22 juin 2019
En Allemagne, nous avons passé la nuit avec les activistes contre le charbon
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Libertés Politique