Faire un don
61434 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
51 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Déjà 50 000 signatures contre la destruction de la forêt du Morvan

Durée de lecture : 2 minutes

8 mars 2013 / Adret-Morvan et les occupants de la ZAD du bois du Tronçay


Le 24 février dernier, nous avons lancé une pétition sur la plateforme d’action Change.org pour empêcher la société Erscia d’implanter, dans la Nièvre, un gigantesque complexe industriel qui polluera l’eau et l’environnement.

En quinze jours, cette pétition « Touche pas à ma forêt : non à la destruction du #Morvan » a déjà récolté plus de 50 000 signatures.

Jeudi 7 mars, dans la matinée, au Conseil régional, l’association Adret Morvan et les occupants de la ZAD du bois du Tronçay ont remis symboliquement la pétition à François Patriat, président de la région Bourgogne.

En effet à l’abri des regards, un projet de scierie géante est en train de voir le jour dans la forêt du Morvan où nous vivons, et risque de détruire cet écosystème riche et unique. C’est pourquoi, depuis le 5 février, nous occupons pacifiquement le bois du Tronçay pour le protéger des tronçonneuses et pelleteuses qui prépareront le terrain pour les travaux de la société Erscia qui souhaite implanter ce gigantesque complexe industriel. Il comprend un incinérateur qui polluera l’eau et l’environnement.

La méga-scierie d’Erscia prévoit de traiter près de 1900 m3 par jour, soit une coupe quotidienne de 3 hectares, l’équivalent de 4 terrains de football toutes les 24 heures. De telles installations favorisent l’industrialisation massive de la sylviculture en Bourgogne et en France. A l’image de l’agriculture intensive, nos forêts deviendront des champs d’exploitation nécessitant engrais et pesticides, générant destructions et pollutions

En plus d’un désastre écologique, ce projet contribuera à aggraver la crise économique et sociale dans la région. En effet, les scieries du département de la Nièvre, déjà en difficulté, ne pourront pas supporter la concurrence déloyale auxquelles elles seront soumises. Créer 120 emplois sur le site pour en perdre 300 sur le reste du département est sans intérêt.

En choisissant Erscia plutôt qu’une économie locale, solidaire et respectueuse de l’environnement, nos élus favorisent les intérêts des actionnaires du groupe, plutôt que ceux de la population et un modèle d’exploitation outrancière, plutôt que le développement durable du département. Mais s’ils réalisent que nous sommes soutenus par des milliers de citoyens, ils devront faire machine arrière.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de Adret Morvan

Photo : Change.org

Lire aussi : Morvan : une première victoire juridique !



DOSSIER    Forêt

15 juin 2019
Doucette, porcelle, onagre... à la découverte des salades sauvages
Reportage
18 juin 2019
Ariane Chemin, journaliste, Taha Bouhafs, journaliste
Édito
17 juin 2019
Faut-il interdire à la location et à la vente les « passoires énergétiques » ?
Une minute - Une question


Dans les mêmes dossiers       Forêt