Déjà 50 000 signatures contre la destruction de la forêt du Morvan

Durée de lecture : 2 minutes

8 mars 2013 / Adret-Morvan et les occupants de la ZAD du bois du Tronçay


Le 24 février dernier, nous avons lancé une pétition sur la plateforme d’action Change.org pour empêcher la société Erscia d’implanter, dans la Nièvre, un gigantesque complexe industriel qui polluera l’eau et l’environnement.

En quinze jours, cette pétition « Touche pas à ma forêt : non à la destruction du #Morvan » a déjà récolté plus de 50 000 signatures.

Jeudi 7 mars, dans la matinée, au Conseil régional, l’association Adret Morvan et les occupants de la ZAD du bois du Tronçay ont remis symboliquement la pétition à François Patriat, président de la région Bourgogne.

En effet à l’abri des regards, un projet de scierie géante est en train de voir le jour dans la forêt du Morvan où nous vivons, et risque de détruire cet écosystème riche et unique. C’est pourquoi, depuis le 5 février, nous occupons pacifiquement le bois du Tronçay pour le protéger des tronçonneuses et pelleteuses qui prépareront le terrain pour les travaux de la société Erscia qui souhaite implanter ce gigantesque complexe industriel. Il comprend un incinérateur qui polluera l’eau et l’environnement.

La méga-scierie d’Erscia prévoit de traiter près de 1900 m3 par jour, soit une coupe quotidienne de 3 hectares, l’équivalent de 4 terrains de football toutes les 24 heures. De telles installations favorisent l’industrialisation massive de la sylviculture en Bourgogne et en France. A l’image de l’agriculture intensive, nos forêts deviendront des champs d’exploitation nécessitant engrais et pesticides, générant destructions et pollutions

En plus d’un désastre écologique, ce projet contribuera à aggraver la crise économique et sociale dans la région. En effet, les scieries du département de la Nièvre, déjà en difficulté, ne pourront pas supporter la concurrence déloyale auxquelles elles seront soumises. Créer 120 emplois sur le site pour en perdre 300 sur le reste du département est sans intérêt.

En choisissant Erscia plutôt qu’une économie locale, solidaire et respectueuse de l’environnement, nos élus favorisent les intérêts des actionnaires du groupe, plutôt que ceux de la population et un modèle d’exploitation outrancière, plutôt que le développement durable du département. Mais s’ils réalisent que nous sommes soutenus par des milliers de citoyens, ils devront faire machine arrière.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de Adret Morvan

Photo : Change.org

Lire aussi : Morvan : une première victoire juridique !

DOSSIER    Forêt

19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
20 septembre 2019
La fonte accélérée des glaces fait monter les océans plus vite que prévu
Info
20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info


Dans les mêmes dossiers       Forêt