Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Déchets nucléaires

Des militants dans les arbres en soutien aux opposants à Cigéo

Dans plusieurs villes de France se sont déroulé, ce vendredi 18 mai, plusieurs actions de militants antinucléaires. Les manifestations visent à soutenir les habitants expulsés le 22 février dernier du bois Lejuc, près de Bure, dans la Meuse, à dénoncer la répression dont ils sont victimes et à interpeler au sujet du projet d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo. L’idée : monter une ou plusieurs cabanes dans des arbres, au cœur des villes.

Les opposants d’Île-de-France, une vingtaine, ont choisi d’installer une cabane devant le 10 boulevard de Bonne-Nouvelle, qui abrite les locaux du journal Usbek & Rica. « Ils collaborent avec l’Andra [Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs] pour la réalisation du module Les Arpenteurs, explique une militante. Sous un projet apparemment lisse de blog sur les générations futures, ils participent à l’acceptation sociale du projet de Cigéo. On y trouve notamment des portraits de salariés de l’Andra, sans aucun recul critique sur le projet et ses risques, notamment en matière d’environnement. Ils se rendent complices de Cigéo. »

Un grimpeur téméraire a monté la cabane, soutenu au sol par d’autres militants. Au programme : lecture des revendications, musique, percussions, tractage et discussions. Les salariés d’Usbek & Rica, surpris, sont descendus à leur rencontre, prêts à engager un dialogue.

Les organisateurs de l’événement ont rappelé que, depuis plus de vingt ans, l’Andra, sous la tutelle du gouvernement français, projette d’enfouir les déchets nucléaires hautement radioactifs à vie longue en Meuse et Haute-Marne. « Concentrant 99 % de la radioactivité des déchets produits en France, Cigéo, ce projet de poubelle nucléaire, sacrifierait tout le territoire et ses alentours au profit de l’épanouissement d’une industrie mortifère », s’insurgent-ils. Le 22 février 2018, les « hiboux », résistants qui vivaient dans les arbres, ont été expulsés. Le territoire est, depuis, sous occupation militaire.

Les militants ont appelé à converger, le 16 juin prochain, à Bar-le-Duc, pour une grande journée de mobilisation.

Jeudi 24 mai, Reporterre organise une rencontre sur le thème : « Des déchets nucléaires aux luttes sociales : on ne nous atomisera pas ». Infos ici.

  • Source et photos : Alexandre-Reza Kokabi/(Reporterre)

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende