Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefSanté

Des produits chimiques très dangereux dans les objets en plastique recyclé

Des chercheurs en santé-environnement ont testé 430 produits de consommation courante en Europe. Résultats : 25% contenaient des taux élevés de retardateurs de flamme bromés, issus de déchets électroniques, nous ont appris les associations WEFC France et France Nature Environnement (FNE) mercredi 17 octobre. Pour les associations, il s’agit d’« une découverte alarmante puisque ces composés sont en réalité des perturbateurs endocriniens connus pour perturber le fonctionnement de la thyroïde, et causer des troubles neurologiques et des déficits de l’attention chez les enfants. »

Ces produits, trouvés dans les jouets et ustensiles de cuisine, sont arrivés via le plastique recyclé. Une analyse plus fine de ces 25% concernés (109 articles) montre qu’entre 70 et 98% des produits contiennent deux des 28 produits chimiques les plus dangereux sur la planète à cause de leur persistance dans l’environnement :

  • 107 articles (98 %) contiennent des polybromodiphényléthers (PBDEs)
  • 80 articles (73 %) contiennent des hexabromocyclododecane (HBCD)

Ces substances sont pourtant réglementées par la Convention de Stockholm avec des limites strictes, en raison de leur dangerosité pour la santé et l’environnement.

Mais afin de développer la filière recyclage, « l’Union européenne permet actuellement des exemptions et autorise le recyclage d’une partie des matériaux les plus dangereux présents dans les plastiques. Les députés ont le pouvoir de supprimer cette dérogation pour protéger la santé des citoyens », explique Genon Jensen, coauteure de l’étude et directrice exécutif l’Alliance de la santé et de l’environnement (HEAL).

« Les exemptions pour la filière du plastique recyclé sont inacceptables : les consommateurs achètent des jouets produits à partir de plastique recyclé pour faire un geste en faveur de l’environnement et se retrouvent à s’intoxiquer », a réagi Charlotte Lepitre, coordinatrice du réseau santé-environnement de France Nature Environnement.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende