Élections municipales, la course à l’écologie

Durée de lecture : 5 minutes

14 février 2020 / Lorène Lavocat (Reporterre)



Les 15 et 22 mars prochains, les près de 36.000 communes françaises renouvelleront leur conseil municipal. Le discours de tous les candidats vire au vert pour de bonnes raisons mais l’écoblanchiment n’est jamais loin. Alors que s’impose l’urgence de la transition écologique et du renouveau démocratique, Reporterre vous aide à y voir clair dans les enjeux de ce scrutin.

Impossible d’y échapper. Sur les tracts ou les programmes, l’écologie s’affiche en épaisses couches vertes. Chaque candidat aux municipales y va de son pinceau écoresponsable, suivant une stratégie culinaire éprouvée : la fibre environnementale, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale.

Si l’écologie s’épanouit ainsi sous les projecteurs électoraux, ce n’est pas sans raison. La dégradation des écosystèmes et les dérèglements climatiques sont étroitement liés à nos modes de transport, d’alimentation ou de construction. Autant de domaines qui dépendent directement des choix politiques locaux. La transition écologique passera donc par l’échelle communale… ou ne se passera pas. L’aventure s’annonce ardue — aucune commune n’agit suffisamment aujourd’hui pour rester sous les 1,5 °C — mais belle, à en croire les expériences enthousiasmantes d’ores et déjà menées par de multiples municipalités à travers la France [1].

Mais il s’agit également de préparer la résilience des territoires face aux conséquences du changement climatique. En 2018, notre chroniqueuse Corinne Morel Darleux, conseillère régionale en Auvergne-Rhône-Alpes, jugeait ainsi que sa « responsabilité d’élus [était] de prendre en compte [l’effondrement], et de ne pas laisser courir le risque aux populations de le subir sans préparation ni dispositifs d’adaptation ». Or, construire l’autonomie alimentaire ou énergétique de nos communes ne se fera pas en un jour. Le temps presse. À l’heure où les dérèglements s’accélèrent, des actions entreprises les six prochaines années dépendra notre capacité commune à faire face à la crise écologique. Du paysage politique sorti des urnes du 22 mars prochain dépendront les écosystèmes de demain.

L’heure est grave disions-nous, pourtant le spectacle que donne à voir nos partis a des airs de farce. Tant du côté des mesures — Alain Carignon, à Grenoble (Isère), promet un monorail à propulsion solaire ; dans la capitale, Benjamin Griveaux souhaitait un « Central Parc » à la place de la gare de l’Est — que des discours. La bataille pour la première place du podium biodégradable se fait en effet rude dans l’arène médiatique. Ainsi à Paris, Cédric Villani entend être « le premier maire véritablement écologiste de Paris » tandis que la maire sortante Anne Hidalgo assure, droite dans ses bottes en peau d’ananas, que la question climatique sera le « socle de [son] projet ». Dans cette course au « plus écolo que moi tu meurs », les Verts ont beau jeu de rappeler qu’ils étaient là les premiers, à l’instar du candidat parisien, David Belliard : « Tout le monde dans cette campagne [fait] de l’écologie, on se croirait dans l’émission “L’écologie a un incroyable talent” », ironisait-il en début de campagne.

Nombre de citoyens s’emparent donc de la boussole démocratique 

Porté par ce vent favorable, le parti écolo se sent pousser des pales d’éolienne, et espère s’ancrer solidement dans plusieurs villes françaises. EELV ne cache pas ses ambitions : remplacer la social-démocratie dans le mix énergétique de la gauche française. Sur les mêmes terres urbaines que les écolos, la République en marche dit vouloir semer les graines du macronisme de demain. Mais depuis quelques semaines, à grand renfort de « circulaires Castaner », la majorité s’agite plutôt en mode pompier, en vue de limiter une moisson catastrophique. Quant au Rassemblement national, il parfait sa recette « localiste » : un peu d’environnement et beaucoup d’immigration, le tout enrobé de protectionnisme.

Dans cette foire bio, une maire n’y trouverait pas ses petits ! Pour ne pas s’y perdre, nombre de citoyens s’emparent donc de la boussole démocratique. Dans la foulée fluorescente des Gilets jaunes, l’aspiration participative — municipaliste même — semble n’avoir jamais été aussi forte. Les listes citoyennes ont le vent en poupe, insinuant leur souffle révolutionnaire jusque dans les appareils partisans engourdis. L’exigence sociale et démocratique se fait d’autant plus forte que les choix politiques à faire pour enrayer la crise écologique seront radicaux et difficiles. Car il faudra bien limiter la voiture individuelle, stopper l’étalement urbain (donc les constructions de maisons pavillonnaires), diminuer drastiquement notre consommation de viande et d’eau. Ces mesures ne seront liberticides que si elles sont faites sans les plus pauvres, et sans le plus grand nombre. La transition écologique des territoires ne se fera pas sans démocratie ni justice sociale.

Autant de raisons pour lesquelles Reporterre s’intéresse de près à ces élections municipales. D’ici au 23 mars, il s’agira pour nous d’étudier les enjeux, d’analyser les stratégies, d’ouvrir le débat et d’entretenir la boîte à idées. Pour vous donner des clés de compréhension et des pistes de réflexion. Car, à condition d’être pleinement populaires et participatives, ces élections sont une formidable occasion d’accélérer la transition écologique. Une de celles qui ne se présentent qu’une fois par décennie (ou presque).

Dans les prochaines semaines, on vous prépare, entre autres : un « guide » pour mesurer les programmes écolos des candidats ; des bilans de fin de mandat à Paris, Grenoble et Saillans ; une plongée dans la pensée municipaliste, toujours vivace ; une enquête sur les politiques écolos des maires d’extrême droite ; un reportage à la rencontre des maires ruraux ; une analyse sur l’influence des luttes de territoire dans ces élections municipales…


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre

DOSSIER    Municipales

THEMATIQUE    Politique
2 juin 2020
La voûte céleste envahie par les milliardaires du numérique
Tribune
3 juin 2020
« Laissez-nous respirer » : un rassemblement massif dénonce les violences policières en France et aux États-Unis
Reportage
3 juin 2020
À Lille, précaires et habitants se battent pour préserver une immense friche urbaine
Alternatives


Dans les mêmes dossiers       Municipales



Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)