En évacuant la Zad, l’État serait dans l’illégalité

Durée de lecture : 3 minutes

10 avril 2018 / Marie Astier (Reporterre)

Pour les avocats des habitants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, les expulsions lancées lundi 9 avril constitueraient une « voie de fait », autrement dit une action illégale portant atteinte à une liberté fondamentale. Ils préparent des référés pour contester les opérations en cours.

Selon les avocats des habitants de la Zad, en venant avec force de gendarmes évacuer la Zad de Notre-Dame-des-Landes, l’État commet ce que le droit appelle une « voie de fait », ce terme juridique désignant une action de l’administration menée sans appui sur le droit, et portant atteinte à une liberté fondamentale ou au droit de propriété.

Car, en effet, parmi les personnes expulsées hier lundi, et visées par les expulsions ce mardi 10 avril, plusieurs s’étaient signalées comme habitant sur la Zad. D’abord auprès d’AGO Vinci (propriétaire des terres à l’époque où le projet était encore d’actualité), puis auprès de la préfecture de Loire-Atlantique et des tribunaux compétents. « Depuis des années, les autorités disposent des noms des habitants et des numéros de portable afférents », précise Aïnoha Pascual, avocate d’une partie des habitants expulsés. Auparavant, déjà en 2016 et en 2017, les habitants et leurs avocats avaient même effectué de nombreuses démarches auprès des tribunaux pour tenter de savoir si des procédures d’expulsions étaient en cours contre eux. Pourtant, aucun des lieux de vie déclarés n’a reçu de notification des autorités compétentes, les avertissant du risque d’expulsion.

« Pour justifier cela, la préfecture s’est retranchée derrière l’argument que les personnes n’étaient pas identifiables, se faisaient toutes appeler Camille et portaient des cagoules. C’est faux ! » poursuit l’avocate.

Ses collègues et elle n’ont par ailleurs eu connaissance d’aucun document juridique qui aurait pu être remis aux personnes expulsées par les huissiers présents sur place, et justifiant de la légalité de l’opération. Les avocats supposent que la préfecture a pu obtenir des « ordonnances sur requête », c’est-à-dire des ordonnances leur donnant l’autorisation d’expulser, malgré le fait que les habitants n’aient pas eu droit à un procès contradictoire, justement parce qu’ils n’étaient prétendument pas identifiables. « Les huissiers ont refusé de nous présenter les ordonnances, prétextant qu’elles étaient à la préfecture, ils ont également refusé de donner leur identité », a témoigné un habitant des Cent Noms auprès de Reporterre. « Pourtant, lundi matin, Gérard Collomb a affirmé que les huissiers sur place remettraient les ordonnances d’expulsion, encore un autre mensonge », regrette Aïnoha Pascual.

Était-ce pour ne pas montrer que ces ordonnances sont « sur requête », donc anonymes, alors que les personnes visées étaient identifiables ? L’avocate évoque même la possibilité que les fameuses ordonnances n’existent pas…

Les avocats des habitants de la Zad sont donc en train de rédiger des référés pour contester ce qu’ils estiment être une « voie de fait ». Cette procédure juridique réalisé en urgence « peut freiner la suite des opérations d’expulsion, qui vont sans doute se dérouler sur plusieurs jours », espère notre interlocutrice.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les expulsions sur la Zad constitueraient une « voie de fait »

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photo : © Nicolas de la Casinière/Reporterre
. chapô : des habitants des Cent Noms refoulés, lundi 9 avril 2018. © Nicolas de la Casinière/Reporterre

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Libertés Luttes
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Libertés Luttes





Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)