En pleine crise, le patron d’Air France-KLM touche 800.000 euros de bonus

Durée de lecture : 2 minutes

29 mai 2020



La nouvelle a suscité l’indignation. Alors que se tenait mardi 26 mai 2020 l’assemblée générale des actionnaires d’Air France-KLM, Le directeur du groupe, Benjamin Smith, a bénéficié d’une prime bonus colossale. Près de 800.000 euros pour l’exercice 2019.

Dans cette vidéo de l’assemblée générale, Isabelle Bouillot, présidente du comité des rémunérations du conseil d’administration, déclare : « Pour notre directeur général, conformément aux décisions prises par le conseil en 2018, sa rémunération [pour l’exercice] 2019 est constituée des éléments suivants : une rémunération fixe de 900.000 euros ; une rémunération variable annuelle, fixée par le conseil à 768 456 euros, représentant 85,4 % de sa part fixe. Soit un taux d’atteinte des critères de performance de 70 % ; une rémunération variable de long terme lui a été attribuée en 2019 pour un montant de deux millions d’euros. »

L’Etat français, actionnaire d’Air France-KLM, a voté en faveur du bonus de Benjamin Smith.

Les actionnaires ont voté à 80 % en faveur de cette prime. L’État français qui est l’un des premiers actionnaires, avec environ 14 % des parts a aussi voté en faveur du bonus. Cette délibération interroge car, dans le même temps, Air France-KLM va bénéficier d’un prêt exceptionnel de sept milliards d’euros de la part de la France, et de deux à quatre milliards de la part des Pays-Bas. Les Pays-Bas n’ont d’ailleurs pas voté en faveur de ce bonus.

« Il y a des limites à la décence ou à l’indécence », s’est indignée la sénatrice (UDI) Nathalie Goulet, évoquant, outre l’aide de l’Etat à Air France, les licenciements envisagés dans la compagnie.

Le cas de Benjamin Smith est un exemple de plus que les personnes riches et les grandes entreprises n’entendent pas changer, pandémie ou pas, crise ou pas, le niveau de leurs émoluments :
- durant la pandémie, la fortune des milliardaires étatsuniens a augmenté de 282 milliards de dollars ;
- Richard Branson a transféré de l’argent dans un paradis fiscal tout en demandant des subventions au gouvernement anglais ;
- de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs ;
- et il est hors de question de relancer la fiscalité sur les plus riches.





Lire aussi : Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant

DOSSIER    Transports

THEMATIQUE    Économie
3 juillet 2020
Sous la « vague verte » des municipales, le surprenant succès des listes citoyennes
Enquête
2 juillet 2020
Railcoop, la coopérative qui fait renaître les lignes de train abandonnées
Alternatives
2 juillet 2020
Au Kosovo, Serbes et Albanais luttent ensemble pour protéger leurs rivières
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Économie